GP Turin TOP 8 : Le report

Posté le Mardi 31 Juillet 2018 à 19:47 par Leland_Palmer (3125 lectures)

Je viens de faire top 8 d’un GP. Ce report est dix fois trop long mais j’ai mis 14 ans pour y arriver.
“Previous Magic Accomplishments :

I won a Kamigawa Draft last year. But now I feel like Kylian Mbappé in the final of the world Cup”


J’ai toujours aimé lire les profils des joueurs qui passent en top 8 de Grand Prix, en particulier ceux qui sortent de l’ordinaire, dévoilant une petite part d’intimité derrière les machines de guerre. Jamais je ne pensais un jour m’y voir et du coup j’avais préparé depuis quelques temps mes réponses à défaut que l’on ne me pose un jour la question. Et puis…

Kamigawa tient une place particulière dans mon parcours de joueur puisque j’ai commencé à ce moment-là. Enfin je triche un peu. J’ai appris à jouer à Magic pendant l’été de 5ème aube. Un deck rouge noir suicide artefact qui tuait avec mon unique foil, Un nuage mortel. Mais c’est vraiment avec Kamigawa que j’ai appris à construire des jeux à thèmes. A apprécier l’arrivée de nouvelles carte et ça a duré des années comme ça. J’étais un joueur casual et mon unique adversaire était mon frère, entre deux APs.

---

On en vient à ce GP Turin. C’est la première fois que j’ai deux byes pour un tel tournoi. Je me sens relativement préparé malgré un gros passage à vide qui a duré près de deux mois. Un peu après la sortie de Dominaria, j’ai la chance de gagner le premier PPTQ de la saison à Melun, je suis super content car ça devient dur de concilier ses vies professionnelle et personnelle avec la passion qui m’anime depuis l’adolescence. Je sens que je n’arrive plus trop à suivre le rythme et évidemment c’est le gros coup de fatigue au moment de rédiger l’analyse du Core Set. Les vacances arrivent à temps. Je passe un mois à me reposer, je fais une croix sur les Nationals et je draft un peu sur Arena avant de participer à deux tournois en boutique la dernière semaine.

Le plaisir d’un GP c’est aussi celui de voyager. Et forcément l’Italie fait rêver. Bon, Turin n’est pas Bologne mais grâce à notre agence de voyagedénommée « Xavier W. » j’étais forcément dans un bon plan.

Allez, on passe au report.

---

JOUR 1 – Le scellé

J’ouvre un pool que je qualifierai de très bon. Le blanc est très au-dessus avec parfois plusieurs exemplaires des communes clés du format. Le noir et le rouge sont quasiment vides, les premières décisions sont faciles   prendre. Je regarde ensuite quelle couleur se marie le mieux avec les énormes qualités de mon blanc. Le Bleu est bien plus axé autour des artefacts et de l’évasion. Il n’y a que des bonnes cartes mais l’ensemble ne sort pas de l’ordinaire. Le vert en revanche conforte très bien cette dimension agressive du blanc à une seule condition : se lancer à corps perdu dans un jeu blanc-vert auras. En général c’est une stratégie que je déconseillerai vivement dans un format scellé où les anti-créatures vont souvent réaliser du deux pour un à mes dépens. Néanmoins, le jeu me semble tellement agressif et synergique se permettant d’attaquer régulièrement avec une 3/4 au tour 2. Priceless on vous dit.



Round 1 et 2 – Bye

Round 3 vs WB aggro

Mon jeun nécessite de mulliganer assez agressivement tout au long de la journée afin d’augmenter mes chances de réaliser mes meilleures sorties. Je Mulligan donc 3 fois en 3 manches mais parvient à sereinement me positionner en tête lors des courses aux points de vie. Victoire 2-1 (3-0)

Round 4 vs UR Tempo

Mon adversaire porte le même nom de famille et on s’est souvent retrouvés à construire nos pools à proximité. Il a un bon niveau et me le prouve en me piégeant à la une avec des sorts de « bounce » ciblant des auras, permettant de bloquer favorablement mes créatures. Je perds la une mais remonte plutôt facilement à la 2. A la 3 j’ai l’idée d’enlever la quasi intégralité du plan « aura » pour un jeu plus défensif et apte à remporter le late game. Une attaque un peu hasardeuse de sa part et un peu de chance de mon côté me permettront de me sauver d’une sortie très agressive. Victoire 2-1 (4-0)

De cet affrontement je tire la conclusion avec l’aide d’Axel que mon jeu souffre contre le bleu qui a beaucoup trop de moyen de me faire mal. Je repense au jeu blanc-bleu artefacts envisagé lors de la construction du deck. Il a aussi le mérite d’être totalement insensible aux cartes susceptibles d’être rentrées contre mon blanc-vert aura (des gros bloqueurs, des bounces…). C’est décidé je sleeve donc également un deck de side pour surprendre mes adversaires.

 

Round 5 vs UB control

Je gagne la première sur une sortie trop molle de l’adversaire et je tente donc le fameux plan de side qui va exactement faire à la deux, ce pour quoi il a été pensé. Mon adversaire se retrouve avec beaucoup de cartes inutiles et je n’ai aucuns soucis à prendre l’avantage. Victoire 2-0 (5-0)

 

Round 6 vs RG Ramp Dragons

Attendez, on a dit 5-0 là ? C’est mon nouveau record de GP ! Mais hélas je n’irai pas tellement plus loin. Je gagne la une en partant plus vite que son gros deck rouge vert et il résout son planeswalker vert trop tard pour revenir dans la partie. A  la deux il me fait sa sortie champagne enchainant un dragon 5/5 vol au tour 4 puis une 4/4 vol célérité au tour 5. Je mulligan 6 à la dernière. Ma sortie est bien trop lente ensuite. Défaite 1-2 (5-1)

Round 7 vs WB aggro.

Duel d’aggro, j’ai le toss et remporte ainsi la une à la course. Cependant sa combinaison de couleur m’incite à tenter mon deck de side car j’ai peur qu’il possède les excellents removals noirs et blancs en commune. A la deux, le deck remplaçant se fait écraser mais je comprends qu’il n’a en fait vraiment pas ces fameuses anti-créatures. Je repars donc sur le blanc-vert qui est de toute manière meilleur sur le play et j’arrive enfin à attaquer avec une 4/5 au tour 2 ! Il ne s’en remettra pas.. Victoire 2-1 (6-1)

 

Round 8 vs Esper Control Chromium.

Probablement mon meilleur match. Le deck ne déçoit pas et gagne la 1. Je rentre le deck de side qui me semble très avantagé. Sauf que je mulligan à 5 et j’arrive presque à arracher la game. On a dit presque… A la 3 je me dis qu’il va cette fois ci alourdir sa curve car l’effet de surprise est un peu raté maintenant. Je décide donc d’innover et de jouer une variante plus agressive du bleu blanc avec tout ce que j’ai en bête évasive pour contourner son nombre impressionnant de moyens de gestion. Finalement ce sera Chaos Wand qui fera enfin son apparition, une seule utilisation mais un removal décisif avant l’arrivée du Chromium adverse. Victoire 2-1 (7-1)

Round 9 vs BG goodstuff

On terminera cette fois ci par une partie très serrée à la une et qui se règle au top deck. Le deck de side fait ensuite d’autant plus mal à l’adversaire qu’il se retrouve en death et ne peut lutter face à une sortie magique. Victoire 2-0 (8-1)

 

C’est définitivement la journée des records. Je fais un super score, j’ai eu la chance qu’il fallait dans les moments importants et je reste satisfait de mon niveau de jeu, notamment après l’apparition d’un plan de side souvent décisif. Soirée Pâtes puis ce sera une nuit bien courte sous la chaleur étouffante de Turin. Je dors environ 2h. Le jour 2 va être très long

 

JOUR 2 – DRAFT 1

Vendredi soir, mon compagnon de chambre Soheil (connu aussi sous le pseudo de Liehos) me raconte son draft avec 4 Volley Vétéran. L’anecdote est amusante et j’y repense au moment de m’installer au pod 4 regroupant les 8 joueurs situés entre la 25 et la 32ème place du classement général. Je dois être 28-29ème à ce moment.

Pack 1, Pick 1 ce sera Resplendish Angel. On peut difficilement rêver mieux. Au pick 4  m’arrive le fameux Volley Veteran. Une carte pas dingue en soi mais à l’aise dans blanc-rouge. Et puis j’en trouverai un autre dans le pack 2… et puis un 3ème qu’on me passe dans le pack 3 (que je prends même au-dessus de frappe foudroyante !). Accessoirement j’en ai aussi profité pour drafter plein d’autres gobelin (6 !) et récupérer les quelques bombes dont personne ne voulait (le dragon Naya par exemple). Ce deck sera même cité dans le coverage et je me dis que je peux faire 3-0 avec tout ça. Oui mais si je fais 3-0, je peux peut-être….

 

Round 10 vs WG enchant

Il est temps de dire adieu à mon deck d’hier et le nouveau n’a aucun sentiment puisqu’il réalise deux sorties absolument cochonnes sur les 2 manches. C’est plié en 10 minutes. L’adversaire est super sympa et le prend bien. Mentalement ce n’est pas facile de se prendre de telles fessées à ce niveau. J’étais également beaucoup moins confiant  après cette round 6 désastreuse. Victoire 2-0 (9-1)

 

Round 11 vs BG goodstuff deathtouch

Ok j’ai eu de la chance de piloter un aussi bon deck. L’adversaire ne peut pas faire grand-chose en plus d’être handicapé par des problèmes de mana. Ça commence à bouillir dans ma tête, il se passe quelque chose. Victoire 2-0 (10-1)

 

Round 12 vs UR Burn

Drôle de stratégie en face. L’adversaire joue des créatures avec des rapports force/endurance disproportionnés et trouve un moyen pour les rendre imblocables. Avec mon nombre élevé de removals (dont ma triplette de gobelin) je pense que le match up sera facile. Je mulligan à 5 à la une et la perd. A la 2, Je loupe mon 4ème land pendant 3 tours. Lui a résolu un Sarkhan au tour 3. Ok j’ai perdu. Sauf que. Sauf que je pioche mon 4ème land au dernier moment et je peux tenter le tout pour le tout pour empêcher son Sarkhan de lancer son ultimate. Et lui n’arrive pas à piocher des cartes qui confortent suffisamment son avantage.  J’inverse le rapport de force. A la 3, Il part très aggro mais moi la team gobelin est de retour. A nouveau le deck m’a porté, il fallait lui faire confiance. Victoire 2-1 (11-1)

Je gagne la prochaine et je suis vraisemblablement dans le top 8.

C’est irréaliste, je suis très ému car je peux faire un truc que je n’aurai jamais imaginé atteindre. Je dois me concentrer, c’est la folie.

 

JOUR 2 – DRAFT 2

Pick 1, nicol Bolas le Ravager.

Ok, ça va donc se passer comme ça. Magic c’est aussi un jeu de chance et là les planètes s’alignent. Je suis actuellement dans le Pod 1, celui des 8 meilleurs joueurs, dont Soheil (Liehos). C’est le seul joueur à 2 défaites. On n’a pas envie de se croiser avant la fin car la 3ème défaite et c’est Adieu le Top 8 dans son cas.

J’ai ouvert Nicol Bolas et autour de moi les 7 meilleurs joueurs du tournois. J’ai entendu la réaction des spectateurs autour. Le top 8 ? Je n’ai plus d’excuses car j’ai l’étoile de Mario qui me rend invincible pendant encore 3 rondes.

La suite du draft c’est comme dans un rêve. J’ai l’impression d’être le seul à jouer bleu et rouge (mais avec l’intention de splasher noir pour bolas). A la fin du 2ème booster, je vous jure que j’ai déjà un deck de 23 sorts  solides. Le 3ème booster va rajouter de la puissance, des ajustements dans les matchs ups, du side. Je vais même picker des cartes qui minimise mes chances de faire des death et des fulls. Même invincible, Mario peut tomber dans le ravin.

 

Game 13 vs RG Monsters

Première partie, je ne touche pas un land en l’équivalent de 6 pioches. Et la 2ème ce sera également une death avec les 3 bons lands en main de départ. Un autre extrême.  Soheil a également perdu une game imperdable. C’est le coup dur et le pire c’est que l’on va tomber l’un contre l’autre. DEFAITE 2-0 (11-2)

Game 14 vs un choix.

Soheil est à 3 défaites. Il ne peut plus espérer le top 8 contrairement à moi mais peut encore chercher à mieux se positionner au classement général pour repartir avec du cash. Alors forcément on aborde le sujet. Peut-il me la concéder pour que je réalise mon rêve ? Et comme les règles le précisent très fermement. Je ne peux pas lui proposer de contrepartie au risque de nous faire disqualifier.

Mon deck est super fort mais lui joue le 11ème archétype : le plan meule. Et pour mon deck c’est une très mauvaise nouvelle. Ça veut dire que son pack est peut être relativement moins bon que le mien contre les 6 autres joueurs de la table, mais contre mon control il peut largement la gagner. Surtout à la une. Mon gros side peut inverser le rapport de force à la 2 mais personne ne veut commencer à 0-1.

Il réfléchit.

Soheil n’est pas un pote de 10 ans. On se croise aux tournois, on discute mais on a surtout des amis communs. Là on vient de passer 3 jours ensemble dans la même chambre. C’était un super week-end. On a tous les deux terminé le 1er jour à 8-1. Le matin, forcément, on se dit qu’on va se croiser en finale. Ça n’arrivera pas.

Il me la concède. On est des compétiteurs, il y a de l’argent en jeu, un classement  et des objectifs personnels. Aurais-je fait la même chose pour lui ? Je n’étais pas à sa place pour en avoir la certitude. Lui, l’a fait.

12-2

 

Round 15 vs WG Aura

Vous connaissez déjà la fin, je la gagne mais oh que ce fut dur. Je suis 9ème au standing et mon nouvel adversaire est 3ème . Il peut se contenter d’un match nul mais moi je dois gagner.  Je sais qu’il a un très bon jeu car c’était le joueur juste après moi à la table et je lui ai passé toutes les meilleures cartes vertes. La une est tendue car il assume parfaitement son rôle d’agresseur ; je commence à être bas en PV mais arrive à stabiliser. Mon board étant sur le point de craquer, il joue sa Vivien reid  Mais les Dieux de Magic étaient déjà passés par là et j’avais pioché mon contre juste avant. Cette manche a duré 30 minutes. On n’aura pas le temps d’en jouer une troisième. Je ne dois donc pas perdre et side toutes les bons bloqueurs et bounce que j’ai sous la main. A priori j’ai le match up post-side avec une demi-douzaine de cartes rentrées. On commence la 2, je garde une bonne main et au tour 2 je pioche mon mage d’exclusion, la meilleure carte du match up. Je suis super content je pose le second terrain, une 0/5 et Go.

L’arbitre intervient.

Je capte au bout de quelques secondes. Mon poney aquatique coute deux manas bleus, un de mes deux terrains  est une montagne. Ok je me suis trompé dans le coût de mana mais ce n’est pas si grave non ? Si, ça peut l’être car on peut estimer que je l’ai fait intentionnellement. Il est vrai que cette 0/5 au tour 2 aurait eu un impact conséquent sur ce début de partie et d’ailleurs qu’est-ce qui vous assure en tant que lecteur que je ne l’ai pas fait intentionnellement sous le poids de l’enjeu ? Du coup je risque rien de moins que la disqualification et le head judge va me poser plein de questions parfois étranges, notamment sur mes choix de plays. Je réponds le plus sincèrement possible reconnaissant d’office que si ma 0/5 était passée j’aurais peut-être déjà un pied dans la dernière ligne droite. J’assume la boulette mais les discussions sont longues. Il a l’air de prendre une première décision puis reviens voir son collègue arbitre une seconde fois. Vous savez comme le penalty de la finale. Pas une comparaison en l’air, non, car dans les deux cas c’est une question d’interprétation.

Il revient vers moi. Le fond du propos me soulage, c’est un warning, mais les mots sont durs à encaisser, en essayant d’être le plus fidèle possible malgré mon faible, et souvent moqué, niveau en anglais, ça donnait à peu près : « Tout ceci me semble très suspicieux mais je n’ai pas l’intime conviction que tu l’as fait volontairement ». Ça peut vous paraitre bizarre mais j’ai été tétanisé par cette phrase car pour le reste du tournoi j’ai eu peur de la Disqualification pour des erreurs de d’inattention. Je sentais bien que la fatigue montait, les mains tremblaient, j’allais refaire ces erreurs m-là et ça pouvait couter très cher.

Bref, la partie reprend et tout se passe bien. Il me descend jusqu’à deux points de vie mais je tiens bon avec un contre en main.

4ème tour additionnel, c’est à lui de jouer. Il tente une attaque de la dernière chance puis dit « go ». un peu interloqué je me tourne vers les arbitres et demande s’il me suffit de dire à mon tour « go » pour gagner la partie. Evidemment mon Guillaume.

----

TOP 8 :

Vous, qui avez eu le courage d’être arrivés jusqu’ici, vous allez être déçus. Cette victoire lors de l’ultime round était folle, je commençais à commettre des missplays mais bordel j’en étais. J’ai couru dans les bras de mes supporters, les larmes, l’émotion m’a submergé. Mais avec mes histoires de warning et de tours additionnels, le tournoi entier nous avait attendu une bonne demi-heure. A peine le temps de remplir le questionnaire puis d’être pris en photo, j’étais déjà autour d’une table avec l’équivalent de trois boosters en face posé sur la table. J’étais le dernier passager, j’avais attrapé l’avion à la dernière minute et venais de réalisé mon rêve. Puis tout est retombé. Le Contrecoups, un énorme coup de fatigue. Je ne savais plus qui j’étais.

Le draft commence, le premier booster est très faible et je draft le poney obscur. Rien de bien sympathique dans cette première séquence. Je me bats pour connecter mes neurones. Je pars rouge noir. Divine surprise dans le second booster avec un Banefire, une des meilleures cartes du format que je n’ai même pas besoin de splasher. Je poursuis mon draft autour du thème sacrifice mais l’ensemble ne me satisfait pas vraiment. Le 3ème booster est encore pire. J’en viens même à contredrafter des cartes bleues avec l’éventualité de les splasher. J’en ressors avec le sentiment d’avoir vraiment suivi fidèlement un archétype mais l’ensemble manque terriblement de puissance. On ne peut pas gagner un GP avec ce jeu.

A 5 minutes de la fin de la construction, c’est enfin la révélation. Mon bleu que je comptais seulement splasher est probablement meilleur en deuxième couleur et je me rends compte que j’ai de quoi pousser les synergies autour des éphémères/rituels. Je jouerai donc un deck hybride que listé dans un état second, commettant par la même occasion quelques erreurs de construction.

QUART DE FINAL vs WR aggro

Mon adversaire est très sympa mais il comprend assez vite que je suis au fond de la mine. Rappelez-vous, j’ai dormis 2h et j’ai probablement dépassé les 30h de Magic, sides events du vendedi compris. Je mets sa patience à l’épreuve en oubliant des petites choses. Je gagne la une car mon deck contre parfaitement son armée de créatures avec un petit point d’endurance. A la 2 j’ouvre une main parfaite contre lui, il ne reste plus qu’à attendre le 4ème terrain qui mettra beaucoup trop de temps à venir. A tel point que je vais presque la perdre. Il en oublie un de ses triggers. Un tout petit marqueur +1/+1 sur son Frère de Bande d’Ajani. Il s’en rend compte beaucoup trop tard, au moment où il comprend qu’il n’ira pas plus loin. Il discute un peu. Je n’en reviens pas d’être en demi avec l’impression constante que ma tête va exploser. 2-0

DEMI VS WR aggro

Mon nouvel adversaire a suivi le match précédent. Il a bien vu que mes plays avaient bien du mal à cacher ce qui se passait à l’intérieur. Le match est à sens unique. Son jeu est meilleur que le précédent et je fais visiblement tout mon possible pour en finir au plus vite avec les pires missplays de la soirée. J’aurais pu faire tellement mieux mais j’étais déjà si heureux. 0-2

---

Je gagne 2 500 dollars, une qualification pour le Pro Tour Atlanta en novembre et le billet d’avion qui va avec. Les 8 Pro Points augurent un futur différent, des objectifs à fixer et de nouveaux rêves à imaginer. Tellement de messages de proches qui demandent des nouvelles.

---

Et bien figurez-vous que je l’ai encore ce nuage mortel foil. Je ne le joue plus depuis longtemps mais il n’est certainement pas à l’échange. Il me rappelle ce qui constitue l’origine de ma passion pour le jeu maintenant que j’ai l’impression de franchir une étape très importante. Bon, il en restera énormément d’autres après mais celle-ci je ne pensais pas la voir un jour. J’ai fait top 8, je vais jouer un pro tour. Pour moi, c’est déjà la finale de la coupe du monde 

---

Un grand merci à ceux qui m’ont soutenu. De ceux qu’on croise entre les rounds de Grand Prix à ceux qui aiment partager les joies d’un Chaos Draft dans la salle à manger. Merci à Soheil évidemment. A ceux qui partagent leurs conseils et ceux qui aiment lire les miens lors des analyses du limité même quand je ne les termine pas. A très vite, Leland_Palmer / Guillaume GAUTHIER

Ajouter un commentaire

Vous n'êtes pas connecté ! connectez-vous ou inscrivez-vous pour poster un commentaire