La volonté des architectes

Posté le Mardi 20 Juin 2017 à 08:10 par moudou (3319 lectures)

Après un repos forcé dans la rédaction d'articles me revoici pour le report du Grand Prix Copenhaguene Modern, qui a eu lieu il y a un peu plus de trois semaines lors du week-end de l'Ascension.
I - Une explication à mon retour

Pour vous mettre dans l'ambiance :



Ca peut ne pas vous intéresser du tout donc je met entre spoiler pour le pas prendre trop de place.

Spoiler :


Mais passé ce mea culpa, passons au vrai sujet : le Modern !

II - Deux Architectes

1) Prologue

Parlons du GP Copenhague. Prévu en Modern de longue date pour JiRock et moi-même, je me réjouis à l'approche d'un week-end de quatre jours en Scandinavie, région du monde que je n'ai explorée qu'étant enfant. Qui plus est, dans mon format de coeur. Mais alors que, de semaine en semaine, le Grand Prix approche, je me rends compte que j'ai oublié un détail fatal : le Modern, c'est trop bien. Et comme toujours, je veux jouer tous les decks. Sauf que ça, ce n'est pas possible.
C'est ainsi que le lundi précédent le Grand Prix, JiRock croule sous l'avalanche de SMS désespérés d'un Moudou en état de panique qui n'a même pas réussi à réduire sa liste de decks à jouer en dessous de dix archétypes (de mémoire, Burn, Death Shadow, Leyline Lantern, UW Control, Living End, Affinity, Winding Scales et quelques autres). Le Moudou en question était d'autant plus désespéré que JiRock ne présentait absolument aucun signe de préférence pour aucun deck non plus ! Mais un miracle eut lieu ce jour là, et je trouvais la force de m'enlever les doigts du ... Aussi, ce lundi soir, en retrouvant JiRock pour nos tests, j'ai imposé le choix de Death's Shadow.

Death's Shadow est le "meilleur deck" du Modern, qu'on se le dise. Il s'agit d'un deck très stable, très dur à jouer, parfaitement battable, avec quelques draws un peu folles. Rien à voir avec l'explosivité du deck précédant le ban de Gitaxian Probe, il s'agit plus d'un Grixis Control avec des créatures éponymes, ou alors des decks Jund d'antan avec une dose d'aggresivité accrue. Des bons gros decks Midrange comme on les aime. Le piège, c'était que le deck était parfaitement battable, et plusieurs approches viables dans un field ouvert avaient déjà fait leurs preuves en tournois ou en ligne : le mana denial, l'abus de spot-removals, l'ultra-aggression... Mais ce n'est que l'arbre qui cache la forêt, car Death's Shadow peut se sortir de n'importe quelle situation. N'oubliez pas que c'est dos au mur qu'une Death's Shadow est la plus forte.

Seulement voilà. Houston, on a un problème. Des versions de Death's Shadow, il en existait déjà trois ou quatre, et les pros étaient unanimes en ligne : comme nous, ils pensaient que la meilleure shell n'avait pas encore été trouvée pour le deck. Il allait donc falloir tester avec intensité et trouver une version satisfaisante à quelques jours seulement
du GP. Mission impossible ? Que nenni. Grâce à mes recherches, grâce à l'oeil aiguisé de JiRock qui cuttait beaucoup de choses de mes listes et grâce à notre amour pour le jeu, on s'est retrouvé (presque) tous les soirs du lundi au GP et test après test, nous avons abouti, à la veille du grand jour, à ce qui nous semblait la meilleure version du meilleur deck du format. Passons en revue le chemin que nous avons tracé pour en arriver là.

b) Jund Death's Shadow

Notre liste par défaut était la liste Jund Death's Shadow classique. Malgré un débat réel pas tout à fait fini, nous étions arrivés à la conclusion que Traverse the Ulvenwald était une carte pétée qu'on voulait jouer, quitte à se distancer de la shell Grixis.  Alors on a pris une liste basique, celle de Magnus Lantto (champion de MTGO en 2015) :
Spoiler :


La liste et l'article commençaient à dater, mais la base était solide et les arguments pertinents. Nous sommes donc partis de là.

Un des constats importants qui sont arrivés très tôt était la nécessité du blanc dans le side. Lingering Souls était déterminante en miroir, et la possibilité de tutoriser Ranger of Eos était un edge inégalable dans les parties qui grindent. L'idée de passer tout simplement en Abzan, avec des Souls MD et un side blanc est alors forcément sur la table. On décide que Temur Battle Rage est quand même un outil qui n'est pas du tout négligeable dans certains MU qui sont difficiles et où notre éphémère rouge permet de gagner un tour de clock assez facilement. Typiquement, Burn et Affinity. De plus, le plsash est relativement gratuit dans ce deck, puisque les Choclands fonctionnent plus ou moins comme des Bilands étant donné qu'on se moque de la perte de PV.

On décide donc de travailler la version de Lantto en retravaillant un peu les proportions du Main Deck et en refaisant le side à notre sauce. Mais l'alternative est déjà publique, et il est temps pour moi de la mettre sous le nez de JiRock.

c) 5C Death's Shadow

Spoiler :


Le week-end précédent le Grand Prix, un bien jeune homme, Spicklmire de son nom, a remporté un SCG Open par équipes en jouant ce deck sur la portion Modern. L'idée était tout simplement de remplacer les Temur Battlerage par des Stubborn Denial. TBR était très décevante dans beaucoup de MU, notamment le miroir où les removals sont légions. Le rôle est assez similaire entre ces deux éphémères, à savoir gagner un tour. Sauf que Denial ne meurt pas sur removal.
Seulement, on a décidé, histoire de gagner du temps précieux, que le blanc en side n'était pas négociable. Et du coup, cette liste allait tourner au 5C Death's Shadow. Et ça, avec seulement quatre ravlands dans la base de mana, ça nous a paru hautement ambitieux. L'idée du 5C DS a donc été abandonnée avec très peu de tests, juste assez pour déterminer qu'on voulait effectivement quand même du blanc en side, mais d'autres ont essayé avec un succès relatif.

d) Sultai Death's Shadow

Face à la tuile nécessaire qu'était TBR et l'impossibilité de passer en cinq couleurs, un choix a dû être fait. Le constat a été fait que le rouge n'était pas incroyable par ailleurs. Le Kolaghan's Command n'était en réalité pas incroyable dans plusieurs MU. Il se trouve que la carte est bonne là où son effet Choc peut tuer une créature entière, et que en ce moment, ce n'était pas la joie.  Eldratron, Death's Shadow, UW Control, il y avait une proportion non-négligeable de decks qui se moquent de cet aspect du sort, qui ne devient alors qu'un remonte-créature (ce qui pour 3 mana n'est pas du tout ce qu'on veut). Quant à Tarfire, même débat, mais en encore plus exacerbé : la carte peut être backbreaking, mais le plus souvent elle est nulle. On a alors décidé de laisser tomber le rouge pour le sain de la base de mana plutôt que le bleu. Aussi, nous sommes arrivés à cette liste :

Spoiler :


Il est temps d'expliquer les choix en profondeur. Malheureusement, le pavé que j'avais écrit a été supprimé (et non, en 2017 ce site n'a toujours pas de sauvegarde automatique, *humhum*), et le temps presse donc je vais aller droit au but.

Sultai présentait les atouts de Stubborn Denial tout en gardant le blanc des Souls dans le side. Le sacrifice, à savoir la rouge, était minime.  Kolaghan's Command avait été décevant, Tarfire irrégulier et Temur Battle Rage un poids mort dans le miroir. Aussi, avec un Snapcaster Mage à tutoriser sur Traverse en late game, on se sentait plutôt à l'aise avec notre plan de secours. Le fait est que le passage au bleu nous permettait de gagner facilement de précieux pourcents dans énormément de MU. Le prix à payer était très simple : Affinity. C'était le deck de Tier 1 contre lequel on perdait 5 % en passant Sultai, mais comme on gagnait quelque chose comme 3% sur littéralement tous les autres MU de Tier 1 (à l'exception de Dredge, dont on n'était pas très sûr du taux de représentation à venir), on a décidé que pour le plus grand bien, ça valait le coup.

Et bien sûr, comment ne pas commenter la pièce maîtresse de l'édifice : Architect of Will ! La carte a été tellement forte sur ce week-end pour nous deux, je ne peux pas attendre de vous laisser poser les questions ! En gros, il s'agissait de notre Tarfire à nous. en early game, il mettait un type supplémentaire au cimtière facilement. Voire deux, le plus souvent. Easy Delirium. Mais contrairement à Tarfire, c'est un topdeck potentiellement monstrueux en late game, réarrangeant le topdeck adverse pour vérouiller le kill ou nous sortant d'un mauvais pas en nous permettant de réarranger le notre (quitte à mettre un fetch au topdeck pour remélanger). Etincelant.

Je vais vous présenter quelques plans de side classiques. On en a préparé huit je crois la veille de l'event, mais je ne vais pas tous les écrire ici. C'est un peu fastidieux, comme je le disais j'ai déjà perdu beaucoup de temps gratuitement sur la rédaction de ce report, et globalement ce n'est peut être pas ce qui vous intéressera. Si toutefois vous aimeriez avoir des informations supplémentaires sur le deck ou sa conception, n'hésitez pas à poser les questions dans les commentaires, j'y répondrai avec plaisir. Ce n'est pas à vous (ni à moi mais tant pis) de pâtir de l'archaïsme patent du site qui bride les contributions à lui seul.

Jund Death's Shadow
Spoiler :


Affinity
Spoiler :


Burn
Spoiler :


Abzan Company
Spoiler :


Evidemment, ces plans de side ne sont pas évangile, ils étaient à adapter en fonction de ce qu'on voyait et de si on était sur le play ou sur la draw. Ce ne sont que des lignes directrices. Je préfère préciser, on sait jamais.

II - Conséquences

Mon propre Grand Prix a été une expérience frustrante et hétéroclite. Après mes deux byes, j'ouvre un main qui ressemble à ça :
Spoiler :

Autant vous dire que je garde la main, parce que elle est trop bonne contre tout le field sauf Burn. Je décide de croiser les doigts. Tour 1, je fetch, recycle ma Bauble et ma Wraith, et je lance Thoughtseize. Need I go on ? Après une concession tour 2 de ma part, je me fais complètement empaller par un plan de side qui clairement a été très travaillé et que j'ai trouvé carrément jouable (quoique pas implacable pour autant).
En ronde 4 je perds contre mon meilleur MU, Eldratron, en ayant joué trois sorts en deux parties, mon adversaire profitant de mes deaths et full.
En ronde 5 j'affronte Infect, un MU pour lequel on ne s'était pas vraiment préparé. La 1 et 2 sont très tendues, mais à la 3, je me vois forcé, sur le draw, de garder une main à quatre cartes avec aucun terrain, en main, sur le scry ni sur mes précédentes mains. Même si je pioche le terrain tour 1, je me fais empaller gratuitement. Et rien que comme ça, je suis à 2-3.
La ronde 5 est un joueur de Storm, un deck qui me fait me lécher les babines, mais dont je connais et respecte le potentiel (Risumu je te regarde). Les trois games sont assez marrantes et intéressantes au bout du compte, même si pendant les parties ce n'était pas forcément le cas. A la 1, je lui mets le dos contre le mur, et je le force, après un Gifts Ungiven qui aurait pu être mieux négocié de sa part je pense, un seul out : piocher un terrain, et sur la pioche de sa Manamorphose, piocher un des cinq rituels à mana qu'il reste dans son deck. Evidemment, c'est ce qui se produit. A la 2, je  garde une main avec pas moins de quatre sorts de défausse, et tour 4, alors qu'il me reste deux sorts de défausse en main et que cinq y sont déjà passés, il n'a plus de main, et je peux dérouler en paix. La 3 se déroule à un rythme qui ne me parait pas extravagant, mais quand il me met à 5, je pose deux Death's Shadow. J'attaque une première fois. Il ne bronche pas. Il pioche sa carte. La cinquième de sa main. Il pousse un soupir, pose son terrain, et me montre trois rituels et une Mitraille. S'il avait pioché le moindre sort, il me tuait sur le coup ! Je l'ai échappée belle, mon adversaire l'a mauvaise, mais moi j'ai toujours la G1 mauvaise au fond de ma tête donc voilà 
Ronde 7 je tombe contre un deck que j'identifie mal à la G1, à savoir Abzan Midrange. Les Baubles de son MD m'ont laissé croire qu'l s'agissait d'un AbzanDeath's Shadow, mais en voyant les Rhinos à la 2 j'ai compris mon erreur. Quoiqu'il en soit, la 1 se résume, comme nous le craignions lors de la préparation, à Lingering Souls qui empalle complètement ma Death's Shadow in extremis et qui lui permet de revenir dans la game. A la 2, mon adversaire oublie son trigger de Bauble (et essaie de me faire croire que ce n'est pas une capacité déclcenchée donc que ce n'est pas oublié - spoiler alert, c'en est une et il n'a pas pioché sa carte) et démontre que son niveau de jeu n'est pas à la hauteur de mes précédents adversaires. Mais le MU est trop en sa faveur et suite à un double topdeck Damnation assez inespéré, il l'emporte 2-1.
Je pourrais vous raconter mes deux dernières rondes mais honnêtement le coeur n'y était plus, et je me suis fait rouler dessus par un Métalgob et par Simic Charm deux fois dans un deck qui se faisait passer pour un Knightfall.

Le lendemain toutefois, je me laisse tenter, une fois n'est pas coutume, par le Double Rebound Modern. En général, je ne fais pas d'events dans le même format que la veille sur les dimanches de GP, car j'essaie de préparer le tournoi suivant (en l'occurence, GP Amsterdam le week-end suivant). Mais là, le deck était sweet, le format était sweet, le prize pool était sweet et j'étais un peu sur ma faim avec les déceptions de la veille. JiRock a le temps de perdre sa première ronde et dropper du Main Event pour nous rejoindre juste avant le début du tournoi.
Et j'ai bien fait de participer ! Un Knightfall, un Bant Swapeshift et un GB Tron plus tard (ce dernier était d'ailleurs un match super bizarre avec un plan de side on ne peut plus bancal et une Death's Shadow qui se retrouve à coller 8 points en huit phases d'attaque, drôle d'histoire), je suis à 3-0 et e décide de splitter avec mon dernier adversaire, qui, il s'avère, jouait Affinity (donc je me dis que j'ai plutôt bien fait sur les bords), et comme les prix sont généreux de base et doublés pour cet event, eh ben... Disons que ce n'est pas souvent que je rentre avec des lots 

III - Bilans du week-end

Alors passons aux leçons apprises lors de ce week-end.

    [*]Death's Shadow était bien le meilleur deck du field, mais ce n'est pas celui qui a émergé dans l'idéal collectif.
    [*]Le choix de passer Sultai était complètement justifié et même si JiRock a subi une défaite aux mains d'Affinity, ça ne représente qu'un seul match à nous deux. Le Modern est un beau format, très diversifié en ce moment, et il ne faut pas trop s'en faire d'avoir un mauvais MU contre un deck du métagame.
    [*]Quant à la première partie, contre Burn, JiRock m'a reproché de ne pas avoir utilisé la Bauble pour regarder le haut du deck de mon adversaire pour vérifier s'il ne jouait pas Burn avant de commencer à jeter mes PV par la fenêtre. Pour ma part (et il le sait), je ne suis pas convaincu par l'efficacité de ce play, car voir un fetch de Burn ne donne aucune indication quant à s'il s'agit de Burn, Death's Shadow, Grishoalbrand ou je ne sais quoi. Au vu du résutat de la partie j'aurais dû le faire, mais je pense que sur le coup, l'utiliser pour regarder mon propre topdeck à la recherche du deuxième terrain n'était pas du tout une mauvaise idée.
    [*]In fine, je me sens pas très responsable des parties que j'ai perdues avec le deck. Que ce soit un mauvais MU ou une pioche insensée, beaucoup de mes games ne se sont pas décidées sur les plays, et ça se répercute fatalement sur mes défaites. Me connaissant, je n'ai pas été le  meilleur joueur de l'année sur ce tournoi et j'ai vraisemblablement commis beaucoup d'erreurs, et c'est d'autant plus frustrant que je ne peux ni les voirs, ni vous les partager pour vous les éviter.
    [*]Le side était OK mais présentait quelques failles. Les deux derners slots, les troisièmes Collective Brutality et Lingering Souls, quoique pas bêtes du tout, étaient des options par défaut et auraient sans doute pu mieux consolider certains MU comme Affinity ou Dredge.
    [*]Mattia Rizzi a remporté l'event avec Grixis Death's Shadow, en même temps que Brad Nelson gagnait un SCG Open avec le même archétype.  C'est donc cette version qui s'est imposée comme le meilleur deck du format, notamment parce que, ses meilleures bêtes étant invulnérables à Push, cette version a tendance à gagner le miroir et avoir des MU similaires à la version Jund par ailleurs. Je tiens toutefois à dire que la possibilité d'accéder à [urcarte]Traverse the Ulvenwald[/urlcarte] et Tarmogoyf, qui sont généralement plus gros que des Gurmag Angler, permet aux versions vertes (et tout particulièrement à Sultai qui peut sauver ses créatures avec Denial aussi) de ne pas être trop loin derrière.
    [*]Pour la première fois, JiRock et moi avons joué exactement le même 75. Ce n'est pas un hasard, on a décidé de travailler (figurativement) main dans la main pour cette fois aussi, mais en portant les efforts à un autre niveau. Fini les "Bon ben j'arrive pas à te convaincre alors fais ce que tu veux maintenant" ou les "Je me sens pas très bien avec ça". On a fait les efforts pour chercher les meilleures réponses à toutes les questions l'un de l'autre et se convaincre mutuellement que chaque choix était optimal. Et même si les résultats n'ont pas été là pour nous deux, j'ai quand même un sentiment du devoir accompli avec ce deck. Et je ne suis pas peu fier d'avoir été l'architecte de ce deck là, que je rejouerai peut être à Birmingham.
    [*]On aurait dû mettre quatre Architectes.
    [*]En choisissant mon deck pour l'event, j'étais vraiment chaud pour jouer Grishoalbrand ou Lantern. En voyant la montée de Death's Shadow et Burn, qui sont deux MU absolument horribles pour les deux decks, j'ai décidé de ne pas tenter le diable. Mais un Lantern (le MD que je lorgnais en plus !) a réussi à se glisser en Top 8 malgré un field hostile, et outre le fait que je sois content parce que c'est un de mes pet decks (oui Brouzouf tu as le droit de dire quelque chose d'intelligent), ça montre que le Modern est un format où tout peut marcher... du moment qu'on sait de quoi on parle.

Alors je vais vous quitter ! Ca sera tout pour ce report sur du Modern ! Avant de partir, je tiens toutefois à distribuer des félicitations, la première à Théau Mery pour sa finale au GP Modern avec Mono White Hatebears à Las Vegas, et à JiRock pour son triomphant (et longtemps attendu) retour sur le Pro Tour ! Je voulais les féliciter publiquement parce que ce sont deux amis qui méritent vraiment de récupérer de tels fruits pour leur travail. Bravo à eux, et que ça nous serve de leçon à nous autres péons !

La bise !

PS : Désolé pour par de photos, mais le report est juste trop en retard pour que je les télécharge et que je les upload sur cette antiquité qu'est le serveur image de MC.

Ajouter un commentaire

Vous n'êtes pas connecté ! connectez-vous ou inscrivez-vous pour poster un commentaire