Total : 3301 Messages. Page n°4/221 - < 1 ... 2 3 4 5 6 ... 221 >
Utilisateur(s) présent(s) sur ce sujet :
  • et 0 invités

jokerface

Avatar de jokerface

Hors Ligne

Membre Actif

Grade : [Modo Forum]

Inscrit le 22/08/2003
Dernière connexion : aujourd'hui, il y a 3h
4438 Messages/ 0 Contributions/ 7 Pts

Envoyé par jokerface le Mardi 11 Août 2009 à 09:06


Le 10/08/2009, Korrosion avait écrit ...



En outre, pour ceux que ça intéresse, la critique de Martyrs est en cours d'écriture.


Attend, je vais te simplifier la vie :

Première moitié du film : top (suspense, rythme bien géré, mystère, choc, toussa toussa)
Deuxième moitié du film : Daube (persos ridicule, scénario peu convaincant, fin en mousse)

Voilà, comme ça cest fait.

Vous voulez voir un film qui botte le cul ? Regardez Eden Lake

Celui là , jai pu recommencer à respirer une fois seulement le film fini.

___________________

Monday Night Raw

Le 23/02/2017 à 16:10, David avait écrit ...

Mon papa me disait : "on n'écrase par les fourmis, fils"

gedat

Avatar de gedat

Hors Ligne

Membre Inactif depuis le 13/01/2018

Grade : [Nomade]

Inscrit le 10/12/2005
1716 Messages/ 0 Contributions/ 7 Pts

Envoyé par gedat le Jeudi 13 Août 2009 à 13:29


Le 10/08/2009, Korrosion avait écrit ...

hum les explications miteuses des Geeks dans leur monde numérique de libres discutions, d'échanges d'informations et de nouvelles abréviations toujours plus imbéciles les unes que les autres...

Encore heureux qu'il n'y pas eut un "owned" ou" DTC" parceque je me demanderais encore ce qu'un Master 2 en cinéma ferait à proposer à des "cinéphiles" des critiques cinématographique du niveau de leurs compréhensions respectives.

Ta remarque soulève une question assez intéressante Gedat:
le type qui poste une pub pour un film amateur en tant que tout premier message ça fait un peu spam quoi
.
Pour le Spam, je pense que tu dois faire référence à un système de communication publicitaire et/ou promotionelle qui doit relativement exaspérer les gens qui passent leur vie sur les forums, car celui-ci dénote d'un certain caractère impersonnel, polluant et hors de contrôle (quoique...)

Mais les critiques de cinéma si brève, futile et rédhibitoire de toutes approches quelque peu scientifique de ce forum ne sont-elle pas gênante, au même titre que la promotion d'un film que j'ai trouvé talentueux et où j'ai promis à l'un des réalisateurs (en l'occurence Yann Brosseau) d'en parler à des gens amateurs de cinéma, où de l'image en général ?

Deplus, il est à mon goût assez noble d'encourager et de diffuser le cinéma amateur de toute manière que ce soit; le milieu du cinéma professionel étant si élitiste qu'il est presque impossible de conquérir la Toile (de Cinéma bien évidement) quand l'on n'a pas Papa qui est directeur de la photographie chez Couillon Pictures.

Enfin à propos du peu de message que je peux poster, cela ne regarde que moi, je n'ai en aucun cas à me justifier dessus, et de ce fait, sur l'ordre où je diffuse l'information.



Je ne vois pas en quoi mon message fait geek. Je ne faisais aucun reproche, juste un peu de psychologie. Je sais que si Atropos et Skull avaient posté leurs oeuvres ( ) juste au moment où ils venaient de débarquer sur le forum, peu de monde les auraient regardé parce qu'on aurait pensé qu'ils s'étaient inscrits juste pour ça. Ici c'est pareil.
Maintenant il se trouve que tu fais effectivement vivre ce topic et que c'est toujours appréciable d'avoir quelqu'un qui attire notre attention sur autre chose que le dernier Spielberg. C'est juste que le fait que ton message n'ait pas attiré grand monde dans un premier temps n'est pas étonnant.

Sinon, je viens de regarder Crash de Cronenberg, et, si la musique de Howard Shore y est exceptionnelle, le film en lui-même est bof. Un trip psycho-érotique assez lourd.


Syd_Barrett

Avatar de Syd_Barrett

Hors Ligne

Membre Inactif depuis le 10/12/2012

Grade : [Nomade]

Inscrit le 16/07/2007
94 Messages/ 0 Contributions/ 0 Pts

Envoyé par Syd_Barrett le Jeudi 13 Août 2009 à 16:15


Mais je t'en prie Korrosion, tu peux venir ici et nous chier en plein dans la gueule sans plus de courtoisie, ca ne peut nous faire que du bien. Qu'est-ce que tu crois, que ton putain de master te donne le droit de nous prendre pour des cons ? Et qui tu penses avoir en face de toi, un stéréotype ultra usé de geeks introvertis qui passent leur temps à trainer ici et à faire des blagues d'informaticiens incompréhensibles ? Si c'est le cas tu prouverais au minimum ton manque d'intérêt pour tes interlocuteurs.
Mais si tu veux je peux te dire que nous sommes désolés de ne pas avoir ta verve, ton gout, nous sommes désolés de vouloir faire partager nos expériences cinématographiques en dilettante, malgré le manque de talent inhérent à notre condition d'insectes misérables.

La remarque de Gedat était tout à fait justifiéee mais aussi dénuée d'animosité ou de mépris, ou de quelconque intention hostile que tu sembles vouloir nous prêté et son explication le met très bien en lumière.
Malgré ton manque de correction, très probablement du à un simple malentendu, saches que j'apprécie fortement la présence de quelqu'un qui semble savoir de quoi il parle sur ce topic ciné (à titre personnel je suis juste amateur et donc sans trop de prétention sur le sujet).
Gardes juste à l'esprit la place du topic ciné au sein du forum et la place du forum au sein du site ...

Syd.

___________________

Au hasard des courants as-tu déjà touché
Ces lumineux coraux des côtes guinéennes ?

black-monday

Avatar de black-monday

Hors Ligne

Membre Inactif depuis le 12/08/2012

Grade : [Nomade]

Inscrit le 07/02/2008
663 Messages/ 0 Contributions/ 0 Pts

Envoyé par black-monday le Jeudi 13 Août 2009 à 18:15


UN CŒUR EN HIVER (Claude Sautet)


synopsis

Stéphane (Daniel Auteuil) est un fabriquant et réparateur de violon, un artisan zélé, un expert dans son genre. Il travaille avec Maxime (André Dussollier), qui lui s'occupe des aspects commerciaux de leur entreprise, des liens avec la clientèle. C'est une affaire qui marche. Ils sont reconnu comme les meilleurs. Un jour Maxime rencontre Camille (Emmanuelle Béart), jeune et brillante violoncelliste. Il en tombe amoureux, ils sortent ensemble, Maxime en fait part à son ami et associé Stéphane. Camille est intriguée par Stéphane, sa retenue, son indifférence, sa distance à son égard et sur tout en général. Mais très vite Stéphane la fascine. Très vite s'installe alors un triangle amoureux...



"la musique c'est du rêve"


Un cœur en hiver débute étrangement par un monologue de Stéphane, en voix off, sur son associé Maxime, il en parle comme d'une "force de vie" "sans états d'âme", un type toujours enthousiaste, qu'il laisse toujours gagner au squash car il sait que cela fait plaisir à Maxime. Bien sûr ce préambule en voix off, le seul du film, a pour tâche d'identifier Maxime que pour mieux comprendre le rapport qu'entretient Stéphane avec son monde, celui d'un observateur détaché, froid, clinique même, non dénué d'humanisme cependant, mais terriblement lointain, comme celui d'un étranger. Comme quelqu'un qui n'est pas "vraiment là". Comme un fantôme.

L'avant dernier film de Claude Sautet (il décèdera peu après Nelly et Monsieur Arnaud) à qui l'on doit "Les choses de la vie" (chef d'oeuvre), "Une histoire simple" (presque chef d'œuvre), Mado (chef d'œuvre), "Quelques jours avec moi"(chef d'œuvre), bon passons le reste, tout est essentiel chez Sautet, reprend nombre de motifs inhérents à son cinéma : des scènes brutales de pluie battante dans la rue, des rendez-vous dans des petits bistrots parisiens surenfumés, des exils momentanés dans une maison de campagne à l'écart de tout, des hommes animés d'une volonté inextinguible, des femmes mélancoliques, et l'amour qui se meurt. Mais là où "Un cœur en hiver" se distingue de la filmographie de Sautet, c'est son désespoir existentiel, ontologique même quand il se dessine à contrario au rythme de certaines circonstances dans ses autres films. Dans "un cœur en hiver", la vie est par essence la volonté du désespoir.

Stéphane, le "cœur en hiver" du film, comme l'Etranger de Camus, ne vit pas. Tout au long du film, il refusera l'amour que lui tend passionnément Camille, reclus, indifférent, alors même qu'il en est fou amoureux. Il faut voir la scène, centrale, où Stéphane, ayant réparé le violon de Camille (d'une telle façon qu'il a accordé son instrument pour le cœur de Camille, comme si elle n'était plus qu'un appendice de celui-ci), l'écoute attentivement, silencieusement, l'a regardant droit dans les yeux, comme fasciné par Camille moins parce qu'elle est désirable que parce qu'elle joue de la musique. Et "La musique, c'est du rêve", dit-il à un moment à Camille, et l'amour, s'il est un rêve, finit toujours par se heurter à la vie. Et la vie, ce n'est pas de la musique. Par pour Stéphane.



Euthanasie de l'amour


Il faut voir ce film, probablement l'un des derniers chefs d'œuvres français de son cinéma, et chef d'œuvre tout court, pour comprendre ce qui se passe quand un homme, animé d'absolu et de vérité (un des personnages reproche à Stéphane son plaisir de la démystification), manque l'amour de sa vie, parce que l'amour c'est toujours mieux quand c'est écrit dans les livres, quand c'est traduit en musique par une violoncelliste passionnée, quand c'est du rêve.

Il faut voir Stéphane, après avoir été un salaud avec Camille (il fuit tant ses sentiments et ceux de Camille que l'on se demande, Camille en premier, si tout cela n'est pas un jeu pervers de Stéphane, ou les symptômes de l'érotomanie de Camille), roule toute la nuit, comme pour fuir, en direction d'une maison de campagne pour finir par s'apercevoir, de loin, que l'habitant des lieux, son ancien maître violoncelliste "j'ai longtemps crû que c'était la seule personne que j'aimais", ainsi que celui de Camille, est un malade et alcoolique qui s'en prends à sa femme. A ce moment là, on se rend compte alors, dans les yeux de Stéphane, témoin caché d'une scène de vie conjugale pitoyable, de tout le désarroi d'un homme qui sait que la vie finit par tout détruire. Autant alors ne pas avoir de vie, et donc ne pas aimer. Ou euthanasier l'amour.


Quelques mots sur les acteurs. Cela a toujours été la force de Sautet, sa direction d'acteurs, en plus des dialogues. Daniel Auteuil est très très impressionnant, impassible et inflexible, tout comme étranger à lui-même, affichant une sorte d'expression de masque de cire, qui parfois se trahie par un tourment intérieur qu'il ne peut contenir. Son interprétation est vertigineuse.
André Dussollier est égal à lui même, impérial comme un lion placide et amène, gentleman sans états d'âme interprétant avec douceur et retenue cette "force de vie" (vous aurez deviné qu'Auteuil joue la force de mort).
Emmanuelle Béart. Je n'aime pas beaucoup cette actrice. Vraiment. Mais il faut voir "un cœur en hiver" pour contempler et comprendre ce qu'elle a été : SUBLIME. Son interprétation de femme passionnée, d'abord intriguée par Stéphane, puis fascinée, amoureuse, et enfin dévastée. J'ai rarement eu aussi mal au coeur pour une héroîne (la scène du restaurant, où elle y est si déchirante et si désespérée me reste gravée en tête). Elle est ....je trouve pas les mots, son interprétation, sa beauté, son personnage, la façon dont elle est filmée....sans doute son plus grand rôle. Il n'est pas étonnant quand on connait Sautet, et le nombre de fois où il a fait tourner Romy Schneider(SON actrice fétiche), qu'il ait vu en Emmanuelle Béart, sa remplaçante dans son cœur de cinéaste. J'ai rarement vu une caméra aussi amoureuse de son actrice. Bah moi aussi Béart m'a fait vaciller.

Sans oublier les dialogues 4 étoiles, fins mais sec, évident et beau, allant droits au but, comme épurés, accordant une large place aux silences et au jeu de regards, qui font sens, car cela en dit long sur l'incommunicabilité entre les êtres.

Cela faisait la troisième fois que je voyais un "coeur en hiver". Je crois que c'est un de mes films préférés de tout les temps. C'est un film si étrange, si désabusé sur les relations humaines, si crépusculaire...Il résonne en moi de nombreux motifs. Je comprends cette histoire.

J'espère vous avoir donner envie de le voir. Rien que pour la beauté de ce titre et pour Emmanuelle Béart, IL FAUT !

[ Dernière modification par black-monday le 13 aoû 2009 à 18h16 ]

___________________

"Ouais même que Valérie Damidot est tellement grasse que si elle se trempe un pinceau dans le fion, elle réinvente la peinture à l'huile."


Elfun

Avatar de Elfun

Hors Ligne

Membre Inactif depuis le 22/12/2010

Grade : [Sortisan]

Inscrit le 22/09/2004
841 Messages/ 0 Contributions/ 28 Pts

Envoyé par Elfun le Vendredi 14 Août 2009 à 10:53


Hier soir j'ai regardé Shining de Kubrick. Je vais pas faire une critique comme BM, je n'en suis pas capable, mais c'est un grand film. La musique est exceptionnelle, elle est vraiment intense, sans elle ça n'aurait pas été la même chose pendant une bonne partie du film. Jack Nicholson est un excellent acteur. J'en ai encore des frissons. Un film qui met mal à l'aise. Mais vraiment.

___________________

NicolBolasPlane



"En tant qu'excellent joueur je peux te garantir que non."

Atropos

Avatar de Atropos

Hors Ligne

Membre Inactif depuis le 14/09/2011

Grade : [Sortisan]

Inscrit le 03/05/2007
1962 Messages/ 0 Contributions/ 17 Pts

Envoyé par Atropos le Vendredi 14 Août 2009 à 20:33


Et moi je me rappele du com de Joker

Bon moi perso j'avais bien apprécié, surtout une bonne ambiance bien restituée. J'aurais aimé voir les lions du jardin quand même

___________________


Korrosion

Avatar de Korrosion

Hors Ligne

Membre Actif

Grade : [Nomade]

Inscrit le 21/11/2007
Dernière connexion : le 16/10 à 16:07
51 Messages/ 0 Contributions/ 13 Pts

Envoyé par Korrosion le Dimanche 16 Août 2009 à 18:49


tu peux venir ici et nous chier en plein dans la gueule sans plus de courtoisie, ca ne peut nous faire que du bien.

Alors ça, c'est de la verve !
Il semblerait que mon emportement sur le fait de réduire ma tentative de présentation de Velophobia à du spam ait porté ses fruits !
Bon ensuite, autant être franc, il est vrai que je vous prenais pour des gros geeks qui ne bouffent que du STAR WARS et SdA...mais il semblerait (et en fait j'en suis plutôt ravis !) que je me soit lourdement trompé !

L'analyse de Un coeur en hiver de Black-monday est bien la preuve que sur ce forum on peut développer ses idées de manières intelligibles et argumentés, et putain qu'est-ce qu'on n'en apprend plus que "ouai ce film c'est trop de la balle"!
A noter que je suis ne pas du tout en fervent défenseur du cinéma français et que ce film ne m'a pas vraiment laissé une impression de chef-d'oeuvre. Enfin bon, le cinéma est si complexe qu'il y en a pour (presque) tous les goûts.

Donc mon approche était certes violente et insultante, mais j'espère qu'elle a permis à ce forum de peut-être mieux approché le film par le biais de la critique.

En gros, vous en avez dans le bide et ça, c'est bien !

Bon si ma présence est toujours la bienvenue, voilà la critique de Martyrs !!

MARTYRS

Le film de Pascal Laugier à fait couler beaucoup d'encre avant sa sortie en salle, car la commission de classification des oeuvres cinématographiques avait décidé de l'interdire au moins de 18 ans, pour violence extrême (et non pas pour pornographie hein !?). Finalement il s'en ait sortis avec un -16 accompagné d'un avertissement. Sinon, comme vous l'aurez compris, cela aurait été la mort économique du film.
C'est en ayant vent de cette polémique que j'ai eut envie de le regarder, et je n'en suis pas sortis indemne. C'est pourquoi ce que je vais expliquer en ces lignes ne devra pas être pris à la légère par des mineurs et quête de sensations fortes...j'insiste !

Dans l'optique de ne pas gâcher tout l'intérêt du film, mes propos ne seront pleinement compréhensibles que si on l'a visionné auparavant.
MAIS ATTENTION, IL PEUT RESTER DES TRACES PERSISTANTES DE SPOIL INHERANTES A LA CRITIQUE DE FILM...

Attend, je vais te simplifier la vie :

Première moitié du film : top (suspense, rythme bien géré, mystère, choc, toussa toussa)
Deuxième moitié du film : Daube (persos ridicule, scénario peu convaincant, fin en mousse
-Jokerface.

Intéressant de voir comment chacun réagit différemment ! Car j'aurai presque envie de dire "mais c'est tout le contraire JokerFace !"

Pour la première moitié, les codes du film de genre sont bien respectés. On a respectivement les fameux "pics sonores", la boucherie qu'on associe à la folie (les séquences du fusil de chasse et du marteau sont assez extrême), l'intrigue qui prend racine dans le passé traumatisant de Lucie (pour faire simple, enfant, elle s'est fait séquestrer et torturer sans que l'on sache pourquoi...).
Les Flash-back, les tensions entre les protagonistes, et l'espèce d'hommage si il en est à des films comme The Grudge ou le peuple des ténèbres, où l'on voit Martyrs comme un film mêlant vengeance et fantastique/horreur.
On s'accroche ainsi pendant 45 minutes environs, la tension montante est omniprésente et l'on prend vraiment Lucie pour une folle.

Ainsi on arrive à une sorte d'inter partie, où c'est à ce moment que l'on découvre, avec horreur, que tout était vrai. Mais Lucie est morte et son amie Anna descend progressivement vers l'enfer, pour mieux atteindre le Paradis, du moins le transcendant...

La seconde moitié est bien plus philosophique et psychologique que la première. Et c'est quand Anna abandonne tout espoir de survie et devient une martyr (et non martyre ici) que le film est tout bonnement insoutenable. Son désespoir est si palpable que l'on ne peut rester de marbre quand elle se résout à mourir pour cette cause absurde.
Absurde, pour un athée oui. Mais très importante pour ceux qui, par la transfiguration, espèrent voir la preuve du Transcendant...du Paradis en somme...
La séquence où Anna se fait équarrir est sans aucun doute le point culminant du mal-être, autant visuel que symbolique : il n'y aura plus de retour en arrière, elle est perdu.
La fin, quand à elle, donne une réponse si pessimiste mais pour autant si réaliste que l'on ne peut que l'approuver, et encore plus détester cette Organisation de riche qui torture ces femmes pour mieux Croire.

Martyrs, là où Hostel et Saw on tenté de donner un aspect psychologique dément au gore en vain, lui réussit. Un film qui, s'il n'y avait pas cette première partie loin d'être originale, aurait été très proche du Chef d'oeuvre du genre, et même du chef-d'oeuvre tout court.
Un expérience intéressante, âmes sensibles s'abstenir !

Je suis aller voir G.I Joe avec des potes et je pense qu'il fera l'objet de ma prochaine critique.
Un Grand film bien con, qui s'autoparodie ! Merveilleux ! Et que l'on ne peut prendre qu'au...1000eme degrés (sinon, c'est une vrai daube de blockbuster -qui a dit pléonasme !!!?- )

[ Dernière modification par Korrosion le 19 aoû 2009 à 19h35 ]


black-monday

Avatar de black-monday

Hors Ligne

Membre Inactif depuis le 12/08/2012

Grade : [Nomade]

Inscrit le 07/02/2008
663 Messages/ 0 Contributions/ 0 Pts

Envoyé par black-monday le Dimanche 16 Août 2009 à 22:26


Bon ensuite, autant être franc, il est vrai que je vous prenais pour des gros geeks qui ne bouffent que du STAR WARS et SdA...mais il semblerait (et en fait j'en suis plutôt ravis !) que je me soit lourdement trompé !




Donc mon approche était certes violente et insultante, mais j'espère qu'elle a permis à ce forum de peut-être mieux approché le film par le biais de la critique.

En gros, vous en avez dans le bide et ça, c'est bien !


Fais gaffe aux jugements à l'emporte-pièce et à la condescendance mon coco. Ce topic ciné est, si ma mémoire est bonne, le troisième de sa génération. Le deuxième a été malencontreusement del, et ça se défendait pas mal au niveau ciné. Celui-ci est encore jeune, et tu es nouveau, alors attends encore un peu avant de conclure des conneries.
En toute courtoisie.

___________________

"Ouais même que Valérie Damidot est tellement grasse que si elle se trempe un pinceau dans le fion, elle réinvente la peinture à l'huile."


Kakita_Kirby

Avatar de Kakita_Kirby

Hors Ligne

Membre Inactif depuis le 15/01/2018

Grade : [Nomade]

Inscrit le 24/10/2005
3634 Messages/ 0 Contributions/ 0 Pts

Envoyé par Kakita_Kirby le Dimanche 16 Août 2009 à 23:36


J'ai maté la vidéo amateur. Tes potes me doivent 6 minutes et 38 secondes.

___________________



Korrosion

Avatar de Korrosion

Hors Ligne

Membre Actif

Grade : [Nomade]

Inscrit le 21/11/2007
Dernière connexion : le 16/10 à 16:07
51 Messages/ 0 Contributions/ 13 Pts

Envoyé par Korrosion le Mardi 18 Août 2009 à 23:17


J'ai maté la vidéo amateur. Tes potes me doivent 6 minutes et 38 secondes.

mais quelle critique assassine !
J'aime particulièrement la construction !
Malheureusement, ils sont dans l'impossibilité de te les rendre.



*****************

Histoire de changer un peu des critiques de films, continuons de parler ciné mais...
Je vous propose un jeu, qui certes est dur sans l'intonation adéquate, mais qui permet de se replonger très vite dans la vidéothèque qui est en chacun de nous...
Ce jeu consiste à proposer des phrases de films (un minimum connu hein ?) et il faut essayer d'en trouver la source.
Pour aider, on peut donner des mots clés qui illustrent bien le moment où la réplique est lancée.

Je vous en donne quelques unes, à vous de voir si vous voulez relever le défi...

1- "Un parfait organisme....et sa perfection structurale n'a d'égal que son hostilité"
70's; Culte; une tête sur une table...

2- "Ce ne sont pas des gants de peaux Mr Valliant..."
Du dissolvant qui tue ceux qui sont burlesque !

3-"Wendy ? c'est moi, Wendy !"
porte en fracas, un sourire...inoubliable !!

Bon ok, je n'ai pas cherché des masses, mais bon, faut bien s'échauffer !?
Bonne chance, j'attends les votres.

[ Dernière modification par Korrosion le 18 aoû 2009 à 23h19 ]


Kakita_Kirby

Avatar de Kakita_Kirby

Hors Ligne

Membre Inactif depuis le 15/01/2018

Grade : [Nomade]

Inscrit le 24/10/2005
3634 Messages/ 0 Contributions/ 0 Pts

Envoyé par Kakita_Kirby le Mardi 18 Août 2009 à 23:20


Sérieusement, si tu trouves ça bon, tu pourrais me dire que t'écoutes du Mireille Mathieu en fantasmant sur les années 80 que ça m'étonnerait pas.

___________________



jokerface

Avatar de jokerface

Hors Ligne

Membre Actif

Grade : [Modo Forum]

Inscrit le 22/08/2003
Dernière connexion : aujourd'hui, il y a 3h
4438 Messages/ 0 Contributions/ 7 Pts

Envoyé par jokerface le Mercredi 19 Août 2009 à 08:02


Korrosion, ta critique de martyrs est remplie de spoil. Pense un peu à ceux qui ont pas vu le film

Jai pas envie de m'amuser à éditer tout ton post, alors sois gentil de le faire. Met tes spoils en petit caractère comme ça : là cest bien.

Merci.

___________________

Monday Night Raw

Le 23/02/2017 à 16:10, David avait écrit ...

Mon papa me disait : "on n'écrase par les fourmis, fils"

Korrosion

Avatar de Korrosion

Hors Ligne

Membre Actif

Grade : [Nomade]

Inscrit le 21/11/2007
Dernière connexion : le 16/10 à 16:07
51 Messages/ 0 Contributions/ 13 Pts

Envoyé par Korrosion le Mercredi 19 Août 2009 à 16:04


non mais c'est quoi ce délire ? Black monday raconte tout "Un coeur en hiver" et moi j'essaye de raconter Martyrs tout en restant évasif, comme expliqué au début de ma critique :

Dans l'optique de ne pas gâcher tout l'intérêt du film, mes propos ne seront pleinement compréhensibles que si on l'a visionné auparavant.


Alors bon...Soit équitable oubien édite mon post si il te dérange tellement...


jokerface

Avatar de jokerface

Hors Ligne

Membre Actif

Grade : [Modo Forum]

Inscrit le 22/08/2003
Dernière connexion : aujourd'hui, il y a 3h
4438 Messages/ 0 Contributions/ 7 Pts

Envoyé par jokerface le Mercredi 19 Août 2009 à 16:29


Jai pas lu la critique de BM, et de toute façon n'ayant pas vu son film je sais pas si ce quil a mit dedans sont des spoils.

Si cest le cas, alors oui evidemment, je l'invite a le faire.

Mais à toi aussi.

Et cest pas la peine de t'enerver ok ?

Edite ton post, tu seras gentil. Sinon je me fâche tout rouge.

___________________

Monday Night Raw

Le 23/02/2017 à 16:10, David avait écrit ...

Mon papa me disait : "on n'écrase par les fourmis, fils"

black-monday

Avatar de black-monday

Hors Ligne

Membre Inactif depuis le 12/08/2012

Grade : [Nomade]

Inscrit le 07/02/2008
663 Messages/ 0 Contributions/ 0 Pts

Envoyé par black-monday le Mercredi 19 Août 2009 à 16:52


Pour Martyrs, j'ai pas vu le film, mais j'ai quand même lu la critique. Les spoils ne m'ont pas dérangé pas car j'ai pas l'intention de voir ce film. J'aime pas beaucoup les films gores qui se prennent au sérieux.

Concernant ma critique de "un coeur en hiver", je suis très loin d'avoir "raconté tout le film" comme tu le suggère, Korrosion. Surtout que bon, dans un coeur en hiver, y'a pas de suspense, dès le départ on connait l'issue de l'histoire (et encore là aussi j'ai pas mal éludé le comment ça se termine). C'est pas du tout un film de suspense mais un film d'atmosphère. D'ailleurs, ma critique du film n'en ai pas vraiment une, puisque j'ai essayé de développer, à partir de certaines scènes (pas toujours les plus emblématiques), sa singularité.

En outre, je sais que le cinéma français n'a pas forcément la cote ni sur ce forum, ni en général, alors j'ai essayé d'être le plus didactique possible, en suscitant l'envie, éventuellement, chez les membres qui souhaiteraient découvrir "un coeur en hiver". Enfin déjà, rien que dans le titre du film, tout est dit.

Cela dit, et je le reconnais, j'ai beaucoup hésité, avant de laisser certaines éléments de l'intrigue. Je craignais que cela en dise trop. Mais c'était seulement pour illustrer les thématiques qui traversent le film. En relisant mon texte sur ce film, je m'aperçois que je ne raconte pas grand-chose sinon ce que j'ai interprété, ce qui m'a fait écho dans certaines scènes. J'ai essayé de donner des pistes de réflexion. Bref mon texte n'est qu'une tentative analytique de un coeur en hiver", juste pour donner envie aux lecteurs de ce topic.

[ Dernière modification par black-monday le 19 aoû 2009 à 16h54 ]

___________________

"Ouais même que Valérie Damidot est tellement grasse que si elle se trempe un pinceau dans le fion, elle réinvente la peinture à l'huile."


Total : 3301 Messages. Page n°4/221 - < 1 ... 2 3 4 5 6 ... 221 >
Espace Membre

Identifiant

Mot de passe

Se souvenir de moi