Analyse de la carte : Calice du vide

Informations

Date : 22/10/2003 à 00:00

Auteur : petitbill

Lecture : 7199

Nombre de commentaire : 42

Fiche du Membre

petitbill

Avatar de petitbill

Hors Ligne

Membre Inactif depuis le 09/04/2005

Grade : [Sortisan]

Inscrit le 23/09/2003
1 Messages/ 0 Contributions/ 21 Pts

Chalice of the Void
Texte Anglais
Chalice of the Void
Artifact

Chalice of the Void enters the battlefield with X charge counters on it.
Whenever a player casts a spell with converted mana cost equal to the number of charge counters on Chalice of the Void, counter that spell.
Texte Français
Calice du vide
Artefact

Le Calice du vide arrive sur le champ de bataille avec X marqueurs « charge » sur lui.
À chaque fois qu'un joueur lance un sort ayant un coût converti de mana égal au nombre de marqueurs « charge » sur le Calice du vide, contrecarrez ce sort.
Infos sur cette Carte Magic

Edition : - 150/306
Illustrateur : Mark Zug
Disponibilités :
Masters 25NM/MT49.90 €
MirrodinNM/MT59.90 €

Explication de l'analyse de la carte par l'auteur
Le calice du vide est certainement une carte très complexe à jouer, essayons donc de décortiquer ces 55 centimètres carrés :

Il apparaît avec Mirrodin, extension marquée par le retour de très nombreux artefacts et de capacités comme l'affinité, qui permet de voir ressurgir des decks composés essentiellement d'artefacts. Le calice du vide peut bien évidemment prendre sa place dans ces decks mais pas seulement, comme nous allons le voir.

UN ARTEFACT QUI CONTRE :
Ce n'est pas une nouveauté puisqu'il existait déjà deux artefacts similaires :
- Ring of Immortals.
- Broche de cassation.

La nouveauté, c'est que le calice ne se limite pas à un type de cartes.
On retrouve ici les caractéristiques des sorts de contre bleus : certains sont limités par le type de cartes (enveloppement, retrait d'âme, etc ..), d'autres par le coût de mana (bouclier de dispersion, liquéfaction, prohibition, ...). A la différence de ces deux artefacts, le calice du vide rentre dans la seconde catégorie.

Autre originalité du calice, il contre automatiquement, sans aucun coût d'activation et sans que l'adversaire n'ait à effectuer une action pour annuler le contre. L'adversaire n'a pas besoin de se creuser les méninges pour choisir l'ordre dans lequel jouer ses sorts : s'ils peuvent être contrés, ils le seront tous. Du coup, tant que vous arrivez à le maintenir sur la table, il ne pourra jamais les jouer. Une broche peut être détruite par 2 casse-artefacts successifs, pas le calice. Ceci n'est une nouveauté que pour les artefacts car certains enchantements bleus pouvaient contrer automatiquement (Le bazar des merveilles, Hésitation, Décret de silence) et même un blanc (Présence du Mentor).

Dernière originalité (et certainement compensation de la précédente), le calice contre tous les sorts. Aaarghh ! Ceci peut se gérer à la constitution du deck, mais ce n'est pas évident comme nous allons le voir plus tard.

UN COUT DE :
C'est la première carte de Magic qui a un coût de . D'autres avant pouvaient intégrer ce XX dans leur coût en plus d'autres mana colorées.
Ce double X (avant peut-être un jour le triple X est un mécanisme redoutable, qui permet de rendre très coûteux d’atteindre des X élevés. On le retrouve donc dans des cartes où le joueur aimerait absolument jouer de telle sorte que le X soit très élevé. Par exemple, Décret de justice (X anges 4/4), Rappel (renvoie X cartes du cimetière dans la main), Fléau des bâtisseurs (détruit X artefacts), Pluie de météores (infligent X+1 blessures), et Part Water (X créatures acquièrent la traversée des îles).
Ces petits exemples éclaireront ceux qui seraient fâchés avec les maths : 2 manas donnent X=1 ; 4 -> 2 ; 6 -> 3 ; 8 -> 4 ; etc ...
Ce qui est étonnant dans cette carte, c'est que le joueur qui la joue ne souhaite pas forcément obtenir un X élevé. A quoi cela servirait d'obtenir X=8 (pour le modeste coût de 16 manas), et donc de contrer les sorts adverses avec un coût converti de mana égal à 8, si le joueur n'en a aucun (par exemple avec un jeu gob) ? Les créateurs de Wizard ont donc détourné un mécanisme qu'ils avaient conçus pour limiter la puissance d'une carte (ou pour récompenser les decks "usines à mana"). Pourquoi pas ? Même si pour le calice, on aurait très bien pu imaginer un coût d'activation de X ou de 2X.

LES MARQUEURS CHARGE :
Ce n'est pas la première carte à utiliser les marqueurs charge. Il y en a au moins 21 cartes principalement dans la quatrième édition et en Mirrodin. La plupart sont des artefacts ou des enchantements qui voient leur nombre de marqueurs charge évoluer (ils augmentent le plus souvent en payant du mana, puis le joueur peut les supprimer pour déclencher une capacité). Le calice ne peut malheureusement pas faire évoluer son nombre de marqueurs, ce qui est bien dommage. Sauf grâce à une petite combo avec Conduit d'alimentation ("...Mettez un marqueur «charge» sur l'artefact ciblé...") et un autre artefact avec marqueurs charge (par exemple la Citerne de sérum pour rester en Mirrodin) . Attention, c'est le nombre de marqueurs sur le calice au moment ou le sort est joué qui compte (on s'en fout du X payé).
Et puis changer les marqueurs en réponse à un sort ne changera rien à ce qui se passera, vu que la capacité se déclenche ou non au moment où le sort est joué.(une fois en pile, on ne peut plus rien modifier)


CHOISIR LA VALEUR DE X :
Comme vous l'aurez compris, la principale difficulté du calice réside dans le choix du coût d'invocation. Bien évidemment, ce choix dépend principalement du jeu de votre adversaire. Si vous avez déjà joué contre son deck, vous connaissez les cartes qui vous gênent le plus. Mais vous devez aussi tenir compte des coûts d'invocation de vos propres cartes pour ne pas être dans l'incapacité de les jouer.
Si vous n'avez jamais joué contre son deck, vous devrez vous baser sur ses premières cartes jouées, la couleur de ses terrains , etc ...
Voici quelques exemples d'utilisation :
X=0 : contre un deck basé sur les mues*, ou sur les artefacts et jouant à fond sur l'affinité, contre les mox (ou feu le deck kobold
X=1 : si vous jouez contre un deck elfe, gobelin ou weenie en général ... (en principe, vous vous en rendez compte avant de pouvoir le poser)
X=2 (souvent judicieux) : si vous voulez protéger votre calice des casse-artefacts (fracasser ou naturalisation), si vous jouez contre un bleu contrôle.
X=3 : si vous avez déjà posé la pierre de l'oubli et que vous souhaitez empêcher votre adversaire d'en faire autant.
X=4 : si vous craignez la colère de dieu ....
(* : la FAQ de WotC précise que le coût d'invocation d'une mue est de 0, et que le calice avec 0 marqueurs les contre)

COMBO ?
Le Calice du vide n'est pas vraiment une carte à combo (d'ailleurs il n'y en a aucune sur Magiccorporation). Pour relever modestement le défi, voyons ce que l'on peut proposer :
- Calice du vide + Conduit d'alimentation : expliquée précédemment (ne sert qu'à annuler définitivement l'effet du calice, mieux vaut donc le sacrifier).
- Calice du vide + Slivoïde enraciné (Les sorts de slivoïde ne peuvent pas être contrés) : bonne combo, vous n'êtes quasiment pas gêné par le calice.
- Calice du vide + Héraut De Gerrard (Les sorts de créatures ne peuvent pas être contrecarrées par des sorts ou des capacités) : assez moyen, sauf contre un jeu bleu contre, car là votre adversaire peut pleurer, il ne peut pas contrer vos créatures, et vous choisissez X de telle sorte à contrer ses autres sorts. Vous même n'êtes pas vraiment gêné par le calice. (Plutôt en réserve)

CONSTRUIRE UN DECK AUTOUR :
En construisant votre deck, vous devez déjà envisager la (ou les) valeur(s) de X que vous allez choisir. Vous pourrez pour cela utiliser la réserve pour écarter les cartes susceptibles de ne pas pouvoir être jouées.
Il me semble que le calice peut être intégré dans beaucoup de decks :
- plutôt des decks non bleus (bien que les 2 decks présentés sur Magiccorporation en soient constitués), car le bleu n'en a pas vraiment besoin, ou alors pour s'assurer d'un véritable contrôle que la baisse de qualité des contres bleus a du mal à permettre aujourd'hui.
- plutôt des decks riches en mana (payer XX revient cher si on veut contrer Akroma, ange de la colère).
- des decks artefacts reposant sur l'affinité, car celle-ci permet de ne jamais être complètement bloqué pour jouer ses propres sorts. Si vous ne pouvez jouer un sort (ayant affinité pour les artefacts) à cause du calice, vous posez un autre artefact, qui en baissant le coût de votre sort, vous permet alors de le jouer. De même les decks reposant sur le sacrifice d'artefacts vous permettent de vous en débarrasser intelligemment lorsqu'il vous gêne.
- plutôt des decks qui craignent une carte capable de ruiner toute chance de l'emporter (colère de dieu, pyroclasme, piègepont, ....).
- un deck slivoide avec le slivoide enraciné

Voici un deck possible mono-blanc contrôle (type 2 Mirrodin inclus) :
20 Plaine
2 Steppes retirées
4 Lentille extraplanaire
3 Piègepont
3 Colère de dieu
3 Pierre de l'oubli
2 Lumière de l'autel
2 Jour saint
4 inversion bénie
4 Théâtre en cercle
4 Calice du vide
4 Dragon éternel
4 Décret de justice
2 Akroma, Ange de la colère
2 Oeil de l'esprit
Ce deck (que je joue avec de bons résultats depuis plusieurs mois sur Apprentice) est un contrôle classique. Le calice du vide est généralement joué pour X=2, et sert à protéger les enchantements et les artefacts. Il sert aussi à bloquer une partie du jeu adverse (créatures ou sorts à 2 manas).

EN RÉSUMÉ :

Points forts :
- contre automatique de tout type de sort qui reste en jeu
- artefact donc incolore
- coût évolutif, qui peut donc être limité

Défauts :
- contre vos propres sorts
- ne contre que les sorts avec un coût converti de mana précisément égal à XLa carte ne comporte pas de phrase d'ambiance pour cause de règle un peu longue à expliquer.

Le fond de l'illustration est composée de couleur à dominante grisâtre (ce qui s'explique par le fait qu'il s'agisse d'un artefact ; cf. manipulateur glacial du même illustrateur) et plutôt sombre (l'artefact permet de contrer, ce qui est donc considéré comme plutôt négatif ; cf. Llawan par ex).
A son look, le personnage apparaît comme une sorte de magicien. Sa coupe de cheveux ressemble vaguement à celle de Zorg, le méchant du cinquième élément.


Mark Zug, l'illustrateur a déjà réalisé de nombreuses cartes de Magic depuis l'époque d'Urza : 64 cartes, dont 7 pour la huitième édition et deux en Mirrodin.

Je ne vais pas me lancer ici dans la quatrième présentation de l’édition Mirrodin, parce que les 3 précédentes analyses de cartes Mirrodin l’ont fait correctement, et que je ne vois pas l’intérêt de plagier ces présentations. Ensuite parce que le principe même de présenter pour chaque carte analysée une édition me paraît inutile (tout autant que de réexpliquer les règles de Magic à chaque analyse de cartes). Il suffirait de proposer une rubrique analyse d’édition et de faire pointer les pages d’analyse de cartes vers l’analyse d’édition correspondante. A défaut, si vous cherchez des infos sur Mirrodin, allez voir la présentation faite sur la carte Mox de Chrome.

Enfin, la carte est côtée 12 euros sur le site de magiccorporation, ce qui la classe parmi les plus chères de l’édition Mirrodin, et donc à un niveau équivalent à certaines grandes stars : Adoration, Colère de Dieu, Assassin royal, Piègepont, pour n’en citer que quelques unes …
Espace Membre

Identifiant

Mot de passe

Se souvenir de moi


Ajouter un commentaire

Vous n'êtes pas connecté ! connectez-vous ou inscrivez-vous pour poster un commentaire