Article Magic : Le journal du Lunarque.

Fiche du Membre

Cochise_

Avatar de Cochise_

Hors Ligne

Membre Actif

Grade : [Nomade]

Inscrit le 30/08/2012
Dernière connexion : le 09/10 à 00:12
644 Messages/ 0 Contributions/ 0 Pts

Le journal du Lunarque.

Type : L'Univers Magic

Catégorie :

Posté le 19/08/2014 par Cochise_

Le plan d’Innistrad s’est avéré être une réussite retentissante dans l’histoire du jeu Magic. Réussissant, là où d’autres sets ont échoué et tâche Ô combien difficile, à combiner parfaitement gameplay poussé et flavour profond, le set s’est imposé comme référence et continue à faire parler de lui et n’est jamais vraiment très loin dans l’esprit des designers comme le montre les dernières cartes sorties par WOTC : Gisa et Geralf, des personnages importants d'Innistrad dans les prochains Commander Decks 2014 et Avacyn, Ange Gardien dans le Core Set 2015.
A titre personnel, c’est avec ce set que j’ai repris Magic et il occupe ainsi une place toute particulière dans mon cœur de joueur.
 
Sur le plan d’Innistrad, l’ange Avacyn est revenue parmi les siens pour guider à nouveau ses fidèles croyants en repoussant la noirceur qui régnait sur le plan tandis qu’elle était emprisonnée dans l’Helgruft. Les monstres sont désormais chassés, l’Eglise renaît et reprend la place qu’elle occupait et partout, l’Humanité retrouve le chemin de la lumière.
 
Mais tout n’est pas réglé sur Innistrad. Même dans la lumière, certains secrets devraient rester dissimulés. Tout particulièrement les secrets à propos d’Avacyn. 






Le Journal du Lunarque.


 
Cela fait des années que je n’ai pas repris la plume mais je me dois désormais de mettre par écrit le secret que j’ai découvert et comment il m’est parvenu. Je pourrais être tué pour cette hérésie et bien que je n’ai aucune peur de la mort, peut être est-ce préférable. Car ce qui suit est une folie, un tourbillon de vérité dans lequel je suis maintenant prisonnier.
 
Mon nom est Dovid, autrefois cathare Blanc, blessé à la bataille du Mur de l’Enfant (1), maintenant résidant avec les anges des Halls. Mes souvenirs de cette bataille sont morcelés – la lame brisée de mon épée, l’arrachant d’un cadavre vivant ; le goût de mon propre sang tandis que je tombais ; le silence au milieu duquel je savais la mort certaine ; et puis la lumière aveuglante lorsqu’enfin Avacyn apparut.


Avacyn, Ange de l'Espoir / Jason Chan.


Mon bras droit était dans un état lamentable et j’ai été emmené dans la cour de la Cathédrale où je gisais, emprunt d’une violente fièvre sous une tente de toile dans laquelle un ecclésiaste me rendait visite chaque matin, devenant de plus en plus optimiste sur mes chances de survie à chaque fois qu’il me voyait toujours capable de respirer. Au début, j’étais totalement incapable de bouger et même lorsque les réjouissances de la victoire se firent entendre dans l’écho des hauts murs de pierre, il me manquait toujours la volonté de me relever. Je serais resté allongé ici jusqu’à ma mort si elle n’était pas venue.
 
Avacyn était là, accompagnée d’une séraphine de l’ordre du Vol des Hérons (3). 

« Tu t’es couvert de gloire en combattant et souffert plus qu’assez. Mais nous avons encore besoin de toi. Relève toi maintenant, Dovid, cathare Blanc. » Sa voix était tout sauf tendre mais je me sentis empli d’amour et me relevai immédiatement comme si je ne pesais plus rien.
 
« Les Halls de la Cathédrale de Thraben ont été abandonnés pendant trop longtemps mais nous sommes maintenant de retour. Toi, et toi seul, doit préparer notre retour dans cet endroit qui était jusqu’alors interdit (2). Pourrais-tu nous le refuser ? »
 
Je secouai la tête lentement et pris la parole.
 
« Non jamais, je suis votre serviteur, votre volonté est mienne ».
Ses yeux étaient semblables à des perles, trop brillantes pour soutenir le regard.
 
« Alors c’est décidé. Voici Gryta. » L’ange qui était restée à côté d’elle fit un pas en avant. Elle était plus petite qu’Avacyn mais le visage et le regard tout aussi étincelants. « Elle te montrera le chemin et sera ma messagère pour les jours à venir. »
 
Et sans transition ni cérémonie aucune, Avacyn s’envola silencieusement. Gryta me dévisagea avec curiosité avec le même regard que l’on jette sur un fruit difforme.
 
« Bien, Cathare, connais-tu cet endroit, haut placé sur les murs où il y a une ouverture ? » Elle fit bouger son aile et je remarquai immédiatement la petite arche. « Retrouve moi là et je te montrerai comment pénétrer dans les Halls. » Il y eu un souffle de vent, et elle aussi s’envola loin au dessus de moi.


Séraphine de l'Aube / Todd Lockwood.


C’est ainsi que je devins Résidant Dovid.




C’est étrange comment cette position m'a éloigné des cathares et des autres officiels de l’Eglise. Je suis envié au moins autant que je suis honoré et méfié autant que je suis respecté. Je porte la première épée forgée avec les fragments de l’Helgruft et je hante les hauts Halls de Thraben comme un fantôme. Parfois, il se passe plusieurs journées sans que je ne prononce un mot à voix haute.
 
Les anges sont des êtres à la fois puissants et extraordinaires mais c’est en leur présence que je me sens le plus seul.  Dans les halls, ils chantent sans prononcer de mots, leur voix semblable à des carillons. Les Vols ont des mantras différents qui ne peuvent être parlés avec des voix humaines, des sons que j’ai quelques fois confondus avec ceux de la pluie.
 
Il est facile de les vénérer du fait de leur puissance et de leur beauté mais ils ne sont pas comme nous, voyez-vous. Pour toute l’adoration que nous leur donnons, ils sont d'autant plus loin de nous que nous le sommes d’une loutre ou d’un oiseau.
 
Il n’y a que Gryta qui m’adresse la parole et bien que son discours soit immaculé, je commence à croire que c’est quelque chose qu’elle fait de son propre gré, avec grand effort. Je suis bien fou de croire qu’elle me préfère aux autres humains, mais une partie de moi y croit dur comme fer.
 
Ce premier jour, j’ai cherché pendant des heures les escaliers qui menaient à ce haut rempart où Gryta patientait. Le rempart descendait à pic d’une hauteur vertigineuse et comme je me forçais à la regarder elle pour ne pas regarder en bas, la peur devait être visible sur mon visage.
 
« Tu ne tomberas pas, Dovid. » Ses yeux était d’un marron intense et donnaient presque l’impression d’être humains. « Ou, s’il advenait que tu tombes, je te rattraperai. Dépose tes mains sur ces pierres là. ».
 
Je m’exécutai et elle murmura quelques mots en langue angélique, quelque chose comme un écho ou comme une pièce de monnaie que l’on fait tomber dans une bouteille. L’arche s’ouvrit sur elle même de manière silencieuse aussi naturellement que si l’on ouvrait une porte. 


Sanctuaire des Séraphins / David Palumbo.



« Il existe bien des façons de pénétrer dans les Halls depuis l’intérieur de la Cathédrale et chacune des entrées te reconnaîtra désormais. » Je m’attendais à ce que l’air sente le renfermé mais il était étonnamment léger.  « Epure la citerne en premier. Je saurais quand tu auras terminé. »
 
Je me retournai pour acquiescer son ordre, probablement pour balbutier quelques remerciements mais elle était déjà partie, piquant vers le sol avant de se propulser en l’air une nouvelle fois au delà de la Cathédrale et repartir. 




Les fragments de l’Helgruft furent rassemblés après son explosion et le minerai d’argent brut distribué aux forgerons lunaires les plus remarquables. Une collection d’épée fut forgée de ce métal et Gryta dicta une liste de noms qu’elle avait reçu d’Avacyn ; le nom des personnes qui seraient célébrés lors d’une réception présidées par les Vols d’anges. Lorsque Gryta eut terminé, elle marqua une pause, comme une pensée après coup, « Et ton nom aussi, Dovid, inscrit le tout en haut. »
 
Mon épée est une épée qui n’a jamais servi, une épée morte. La garde est sculptée d’ailes d’Avacyn qui s’étendent jusqu’au ricasso. Au milieu de ces ailes se trouve gravé le nom de mon épée : Eost. Je ne l’ai brandie qu’une seule fois, pendant cette cérémonie lorsqu’elle fut présentée à moi, lorsque Avacyn toucha son fil. Elle est aussi légère que l’air et aussi coupante qu’elle pourrait trancher un rocher mais je doute un jour la porter au combat. Je ne peux utiliser mon bras et je suis cloîtré ici. 


Doyen Cathare / Chris Rahn.



Eost repose dans son étui au dessus de mon bureau mais voilà que mon regard se porte une nouvelle fois sur la source de mon tourment. Juste en dessous de mon épée et à côté du journal dans lequel j’écris se trouve un autre journal, remarquablement identique, rempli d’une écriture précise et féminine. Le dessus est décoré du collier d’Avacyn et sur la page de garde un nom : Mikaeus Cecani, Lunarque.




Les Halls étaient pratiquement intacts et les esprits qui hantaient les lieux pendant l’absence des anges fuirent au moment ou je pénétrai. La citerne était immense, et lorsque Gryta m’avait ordonné de l’épurer, j’avais imaginé que sa source devait être obstruée quelque part. Au lieu de cela, je la trouvai remplie d’une eau claire qui brillait d’elle même et qui brillait comme la lune.
 
A demi submergé dans le bassin se trouvait un homme habillé de noir et je savais que c’était pour cette raison que j’avais été envoyé. Il avait été étranglé, et bien qu’il n’y avait aucun signe de décomposition, il avait été assassiné depuis un moment mais son corps avait été préservé grâce à l’eau des Halls.
 
Alors que je le déposais à côté sur la pierre froide, le livre tomba de son manteau. Je n’avais aucun moyen de savoir ce qu’il contenait, qui était son auteur ni pourquoi il était là et ce qu’il faisait parmi les possessions d’un homme mort. J’étais rempli d’effroi. Quelque chose avait été interrompu ici, quelque sombre plan contrecarré et j’en étais désormais le témoin.


Caveau de l'Archange / John Avon.



Je fis enfermer le corps dans une crypte quelconque au fond des catacombes et retournai dans mes quartiers avec le livre. 




Le journal était fermé au moyen d’un sortilège et une lune passa avant que je ne puisse le dissiper. Au début j’étais rempli de joie d’avoir trouvé un tel artefact et prévoyais d’en partager la découverte après avoir pris connaissance de son contenu.
 
Je ne fus pas surpris par la première révélation : Avacyn avait été enfermé dans l’Helgruft avec le démon Griselbrand, et durant cette période, notre pouvoir avait diminué. Cela n’était connu que de Mikaeus et des plus grands Deviseurs, un secret tenu pour empêcher tout mouvement de panique au sein de l’Eglise et la population.


Helgruft / Jaime Jones.



Mais le passage qui me fit sombrer dans l’apostasie était bien pire.
 
Il y a bien des éons, E. Markov négocia le blasphème qui créa la fétide race des vampires. Avec le démon Shilgengar, ils mirent au point une formule pour transformer les hommes vivants en ces monstres qui se nourrissaient de leurs propres frères et sœurs. L’ingrédient principal était le sang d’un ange vivant…
 
…Markov et ses fils capturèrent l’ange Marycz dans son laboratoire et la saignèrent avant de préparer leur profane décoction qui mit en marche un cycle de peur et de prédation dont nous souffrons aujourd’hui.
 

La malédiction des vampires que nous combattions avait été créée par les humains eux-mêmes. Je nous pensais nobles, une race qui apportait la lumière contre les démons de notre monde.  Méritions-nous d’êtres défendus ? 


Noble Falkenrath / Slawomir Maniak.



J’étais terrifié à mesure que je me plongeais dans les secrets de l’Eglise que Mikaeus dévoilait. Aurais-je arrêté ma lecture si je savais la magnitude de la tromperie que j’y trouverai ?
 
Les humains menaient une bataille qu’ils ne pouvaient gagner. Les vampires étaient tout simplement trop puissants et après plusieurs générations de multiplications, ils étaient devenus beaucoup plus nombreux que nous.
 
Chaque bataille gagnée par les vampires, chaque vie humaine qu’ils prenaient servait en réalité leur propre destruction alors que nos victoires étaient des victoires pour nos deux races. Car cette guerre n’opposait pas les humains aux vampires. Nous étions des alliés contre une ennemi commun : leur propre faim.
 
C’est une cruelle symétrie que notre salut se trouve au sein de la famille Markov : S. Markov, une créature si ancienne et puissante qu’il est encore vivant aujourd’hui. Réalisant que notre destruction et celle de sa race étaient inexorablement liées, Sorin créa l’ange Avacyn, une force pour rallier les anges, une force sous laquelle nous pourrions nous unir. 



Sorin, Seigneur d'Innistrad / Michael Komarck.



Une force construite pour tenir en respect les vampires qui l’avaient créée.
 
A partir de là, l’Eglise fut mise au point pour nous donner le pouvoir de nous protéger et devenir plus nombreux mais pas assez pour nous apporter les victoires contre ceux qui se repaissent de nous.

 
Nous sommes un élevage, un vivier. Nous sommes les participants involontaires à notre propre culture.
 
L’Eglise à laquelle j’ai dédié ma vie, l’être que je chéris depuis ma naissance, les frontières de mon monde, tout n’est qu’un sinistre mensonge.
 
Quel monde étrange. Quel monde cruel.


Avacyn, Ange Gardien / Winona Nelson.



Texte original de Colin Kawakami.






(1) Le Mur de l’Enfant fait partie des défenses de Thraben, la ville capitale de l’Humanité. Avec le Mur Extérieur (la principale défense de Thraben – un rempart épais qui encercle le périmètre de la cité), le Mur du Marchand (un ensemble de grands halls qui forment le centre mercantile de Thraben), le Mur de la Griffe (le mur en face duquel sont exécutés les loup-garous – leurs griffes et crocs sont ensuite plantés dans ce mur), et le Mur des Exsangues (là où les vampires capturés sont enchaînés jusqu’à ce qu’ils meurent de faim), le Mur de l’Enfant est le mur intérieur qui protège la Veille Cathédrale. Aussi résistant et haut que le Mur Extérieur, le Mur de l’Enfant est toujours resté intact. Sur ce mur est inscrit le nom de chaque enfant né sur Innistrad. Beaucoup de parents entreprennent un pèlerinage devant ce mur une année après la naissance de leur enfant, croyant que l’inscription du nom de leur enfant sur ce mur lui apportera protection tout au long de sa vie.
 
(2) Certains endroits sacrés de Thraben comme le Sanctuaire des Séraphins étaient fermé au public. Seuls des membres de l’Eglise et les anges pouvaient pénétrer en ces lieux. 

(3) Les anges d’Innistrad sont organisés en trois ordres appelés les trois Vols d’anges. Le premier est le Vol d’Ornuit. Ces anges sont associés au soleil. Une fois par an, le soleil ne se couche pas pendant 2 jours et pendant cette période, la lune n’est pas visible. Connue sous le nom de la Fête d’Ornuit, c’est un des jours les plus sacrés pour les humains. C’est le moment de l’année des enchantements d’Avacyn sont les plus forts à travers Innistrad. Les anges appartenant à ce Vol sont plus orientés vers le combat que les autres. Ce sont également eux qui supervisent l’entraînement des cathares. La messagère du Vol d’Ornuit est Gisela.
Le deuxième Vol est celui d’Albâtre. Ces anges personnifient le Sommeil béni. Ils apportent protection contre la profanation des humains morts.  Durant l’absence d’Avacyn, ce fut le Vol le plus actif et les anges continuèrent de renforcer les protections magiques qui protègent les populations humaines. La messagère du Vol d’Albâtre est Bruna.
Le troisième et dernier Vol est celui des Hérons aussi appelé Milice des Hérons. Ce sont les anges qui protègent la naissance et la pureté. Ils apportent protection pour les humains dans leur vie (contrairement au Vol d’Albâtre qui protègent leur mort). La plupart des anges de Vol aidèrent les humains à repousser les loups-garous. La messagère est Sigarda.

 

Ajouter un commentaire

Vous n'êtes pas connecté ! connectez-vous ou inscrivez-vous pour poster un commentaire