Article Magic : Biographie de Gerrard Capashen, partie II : l'Invasion de Dominaria

Fiche du Membre

Nemooo

Avatar de Nemooo

Hors Ligne

Membre Passif depuis le 25/07/2015

Grade : [Seigneur]

Inscrit le 29/05/2006
80 Messages/ 0 Contributions/ 197 Pts

Biographie de Gerrard Capashen, partie II : l'Invasion de Dominaria

Type : L'Univers Magic

Catégorie : Biographie des personnages

Posté le 27/06/2008 par Nemooo

Vous l'avez suivi à travers Dominaria, Rajh et Mercadia ; du sauvetage de Sissay à la recherche de l'Héritage, en passant par l'affrontement du Morinfen et du Tressegibet, que ne savez-vous pas de l'histoire de Gerrard Capashen !...Mais connaissez-vous le récit de sa lutte contre les forces de Phyrexia, quand celles-ci tentèrent d'envahir Dominaria?
Llanowar, Koilos, Urborg...Tous ces sites furent des lieux clefs de cette bataille épique. Et quand Gerrard fut enlevé par une de ses vieilles connaissances, put-il résister à l'emprise du Seigneur Sombre Yaugzebul ?Voilà la suite de la Biographie de Gerrard Capashen, qui se consacre à l'invasion de Dominaria, et où l'on dévoile les aspects les plus diaboliques de Yaugzebul.
Vous y verrez apparaître deux personnages de l'Aquilon maintenant corrompus et un Arpenteur des plus connus...Mais nombres sont les héros qui trouveront la mort au sein de cette épopée.
Alors, qui l'emportera ? Dominaria ou Phyrexia ? Pour le savoir, vous savez ce qu'il vous reste à faire...

BIOGRAPHIE DE GERRARD CAPASHEN, SUITE



L’Héritage enfin complet, l’Aquilon retourna à son plan natal grâce à une brèche dans le multivers, pour constater l'invasion n'était pas encore en cours. Toutefois, Hanna commença à sentir que des anomalies temporelles étranges se produisaient dans le monde entier (n’oublions pas que c’est une artificière, et qu’elle est donc familiarisée avec ces phénomènes), dont trois étaient centrées autour de Benalia. Gerrard ordonna au navire de se téléporter tout de suite, mais il constata que les anomalies avaient interféré avec le cristal Thran. Hanna réussit à corriger l'erreur, envoyant directement le navire au sein de Benalia. Malheureusement, l’Aquilon arriva quelques instants après que le premier dirigeable Phyrexian ne soit arrivé dans le ciel. Le navire volant engagea une brève escarmouche avec les Phyrexians, et les extermina sans difficulté. Toutefois, Gerrard savait que tant que les trois portails ne seraient pas fermés de façon permanente, les Phyrexians continueraient de se déverser comme de la vermine à travers le plan de Rajh. Gerrard ordonna à Sissay de mettre le cap sur Rajh, espérant détruire la génératrice depuis l'autre côté.



L'Aquilon quitte Mercadia et retourne vers Dominaria



Une fois de plus, l’Aquilon pénétra dans le paysage infernal de Rajh. Toutefois, ce ne fut pas la vue du Prédateur qui les terrifia, mais celle d’un millier de navires Phyrexians prêts à aborder Dominaria. L’Aquilon esquiva l'attaque des rayons plasma jusqu'à ce que Gerrard et Tahngarth puissent se frayer un chemin jusqu’au portail planaire. Après que le premier portail fût détruit, Sissay mit le cap sur le portail le plus proche, dans l'espoir de l’anéantir également. Après avoir esquivé une violente attaque, l’Aquilon dût se résoudre à rejoindre Dominaria, tandis que Skwi détruisait le portail à l’aide du canon arrière.

Alors que l’invasion n’était commencée que depuis quelques minutes, l’Aquilon avait réussi à détruire deux des portails principaux menant à Benalia. Gerrard voulait mettre le cap sur le troisième et dernier portail, mais Karn rétorqua sèchement que c'était hors de question : ç’aurait été de la folie. L’Aquilon était un navire beaucoup plus puissant qu’aucun navire Phyrexian, mais ses incursions sur Rajh l’avaient amené à un état de grand délabrement. Gerrard savait qu'il n’y avait pas d'autre choix que d’arrimer le navire et de faire des réparations rapides avant de reprendre la bataille. Gerrard posa l’Aquilon à terre dans la capitale de Benalia. La dernière fois qu’il était revenu dans sa patrie, il était devenu maître d’armes... Il espéra qu’il pourrait rassembler assez de guerriers farouches pour défendre Benalia.

Gerrard arriva à la capitale, mais il fut rapidement mis en état d'arrestation (Jugement cruel). Le garde accusa Gerrard de trahison, pour abandon de son poste afin de sauver Sissay. Pire encore, toute l'équipe de l’Aquilon furent également arrêtée, pour atterrissage d'un navire de guerre dans la paisible ville.

Les arguments de Gerrard tombèrent dans l'oreille d'un sourd, et l’invasion fut considérée comme un conte de grand-mère.

«On peut dire qu’ils se souviennent de moi. »
- Gerrard



Mais avant que l'équipage ne fusse transporté vers un établissement pénitentiaire, les gardes Benalians arrêtèrent un voyant aveugle et l’intégrèrent au groupe, estimant qu'il était un membre de l'Aquilon. Une fois de plus derrière les barreaux, Gerrard et son équipage ne pouvaient qu’attendre, impuissants, que les Phyrexians arrivent. Pendant ce temps, le voyant aveugle révéla que lui aussi était au courant de la prochaine invasion, et avait hâte d'aider l'équipage de l’Aquilon comme il le pouvait. Pourtant, rien ne pouvait être fait à l'heure actuelle, sauf attendre qu’un nouveau malheur ne frappe tous les Benalians…

Et ce malheur ne mit pas longtemps à arriver. Bientôt, l’horizon fut empli de milliers de navires Phyrexians, qui occupèrent rapidement les militaires. Des légions de Phyrexians dans des navires de guerre, tuant tout les humains qu'ils pouvaient trouver. Hommes, femmes, enfants… Rien n'était sacré pour ces abominations.

Voyant leur fin venir, Skwi commença à essayer de débloquer la porte de la prison avec le seul objet qui était disponible, la corne de Tahngarth. Rageusement, Gerrard ordonna à Skwi de récupérer les clés d'un tableau à proximité avant qu'il ne soit trop tard. Libérés de leur prison, Gerrard et l'équipage furent accueillis par un assaut des Phyrexians. L'équipage combattit ardemment, mais finir par plier sous le nombre. Juste avant que la mort ne s’offre à eux, cependant, les Phyrexians interrompirent leur lutte et reculèrent révérencieusement. Tsabo Tavoc, général de l’invasion, arriva personnellement pour saluer Gerrard Capashen.

Tavoc différait de tout ce que l'équipage de l’Aquilon avait jamais vu. Il n’était pas un guerrier sans cervelle comme ils avaient pu en voir jusqu’à présent, mais un fin stratège. Tsabo Tavoc dit à Gerrard que bientôt son pays serait détruit et que Dominaria serait la propriété de son maître. L'équipage s'est battu jusqu'à ce qu'il devienne évident qu'ils allaient bientôt mourir. Alors que Gerrard's allait renoncer, le plafond de la prison s'effondra, tuant de nombreux Phyrexians et enfouissant Tsabo Tavoc sous les débris !
L’Aquilon planait juste au-dessus d'eux, et Karn lança une échelle de corde aux héros.

Enfin libre et désireux d'arrêter la destruction de Benalia, Gerrard fut stoppé par une vision des plus atroces. Benalia avait disparu. À sa place étaient regroupés des bâtiments sinistres et des engins de guerre. Au loin, le Seigneur et la Dame du clan des Capashen avaient été crucifiés sur le niveau le plus élevé du manoir Capashen. L'invasion avait déjà fait de nombreuses victimes.



L'invasion Phyrexiane a déjà commencé



Furieux, Gerrard ordonna à l’Aquilon d'engager le combat contre les Phyrexians, ne serait-ce que pour quelques instants. Le navire s’élança dans les airs et aurait détruit de nombreux navires Phyrexian, si Tsabo Tavoc n’avait pas sauté sur le pont. Gerrard et Tahngarth attaquèrent, mais furent très vite débordés. Gerrard ne pouvait espérer vaincre Tavoc, mais réussit à l’étourdir et permit au voyant aveugle de tirer avec les canons, le faisant ainsi tomber du navire. Une fois que Tavoc ait quitté le navire, le voyant dit à Gerrard qu'il aurait besoin d'une armée pour combattre les Phyrexians, et qu’il pouvait trouver cette armée à la Colonie pénitentiaire. Une fois ce conseil délivré, personne ne revit plus le voyant à bord. Gerrard quitta sa patrie, convaincu qu'il serait bientôt le dernier survivant de Benalia.

« Ça pourrait être pire…Enfin, non, sûrement pas. »
- Gerrard



L’Aquilon mit le cap sur la Colonie pénitentiaire d’Atrivak, dans l'espoir de pouvoir persuader les détenus de se joindre au combat. Le mystérieux voyant avait créé un faux document d'un noble Benalian, ordonnant de livrer immédiatement les prisonniers à Gerrard. Mais les gardes Benalians comprirent presque aussitôt la ruse, et l'équipage dut engager un bref combat. Gerrard et ses alliés essayèrent rapidement d’écraser les gardes et de libérer les prisonniers. Mais quand les anciens détenus se libérèrent en masse, ils essayèrent de se sauver avec l’Aquilon. Gerrard tenta de les raisonner, et les vit bientôt refluer vers leurs cellules. Mais la persuasion du capitaine n’y était pour rien : les Phyrexians venaient de débarquer.

Gerrard et l’équipage luttèrent contre les Phyrexians du mieux qu'ils purent, mais durent battre en retraite jusqu’au navire. Le vaisseau prit autant de prisonniers qu’il pouvait en contenir avec eux, mais Gerrard dut en refuser des centaines, de crainte de se surcharger. L’Aquilon partit vers des lieux plus sûrs, laissant des visages sans espoir derrière lui. Avant qu’ils puissent s'échapper, cependant, le terrifiant Tsabo Tavoc atteignit une fois de plus d’un saut inhumain le pont du vaisseau. Mais il était encore sonné par l’éboulis et fut repoussé sans trop de difficultés.

Sans aucune destination, l’Aquilon erra dans le ciel. Benalia ne serait bientôt plus, et l'équipage se composait maintenant de criminels endurcis qui sautaient pourtant par-dessus bord plutôt que faire face aux Phyrexians. Pire encore, un incident avait profondément affecté Gerrard : Hanna était gravement malade, ayant reçu des éclats d'obus Phyrexians lors du dernier voyage à Rajh. La peste phyrexiane (phtisie) se diffusait déjà dans son corps, et Orime craignait de ne pas être en mesure de l'arrêter.



Malgré les soins prodigués par Orime, hanna perd petit à petit ses forces



Gerrard ruminait de sombres pensées, lorsque l’aveugle réapparut sur le bateau et l’avertit qu'on aurait besoin de lui à Llanowar. N’ayant nulle part ailleurs ou aller, sa haine grandissant sans cesse, Gerrard fut d’accord pour secourir le Palais terrelfe de Staprion. L’Aquilon fila comme une flèche, ses voiles gonflées par le souffle de la vengeance.
Après que le voyant ait mystérieusement disparu, le navire arriva au sein de Llanowar pour constater qu’un autre type d'invasion avait eu lieu. Des milliers de petits portails avaient été ouverts et les Phyrexians déversaient sur les elfes des bombes contenant des Spores pesteuses. L'équipage était démuni face à cette agression, jusqu'à ce que Hanna, très faible, mette au point une idée. L’Aquilon vola dans le nuage de portails, les perturbant à tel point qu'ils le suivirent. Le navire transplana alors sur Rajh, où les portails les suivirent et délivrèrent accidentellement leurs bombes sur les armées Phyrexiannes.

C'est alors qu’Orime fit une découverte à la fois déplaisante et utile : les Phyrexians n'étaient pas affectés par la peste. Les monstres devaient posséder une certaine forme d'immunité, ce qui pourrait peut-être conduire à l’invention d’un sérum pour les nombreux fléaux que Phyrexian apportait à Dominaria. Orime demanda à Tahngarth d’accrocher l'ancre, prélevant au passage un peu de la « peau » des Phyrexians. Quand Orime examina ces échantillons, elle déclara qu’elle pourrait peut-être trouver un remède au mal qui ravageait le corps d'Hanna.

L’Aquilon transplana à Llanowar et ses occupants virent que la victoire de la forêt avait été de courte durée. Des milliers de bombes avaient atterri sur les sept Palais terrelfes, les détruisant à jamais et tuant des millions d’elfes. Avant l'atterrissage, Orime réussit à trouver un moyen de stopper la maladie, mais il semblait qu’Hanna fût déjà trop affaiblie. L’équipage débarqua dans Llanowar afin de se présenter aux elfes survivants avec un remède à la peste. Malheureusement, Gerrard ne trouva aucun signe des elfes, à l'exception de plusieurs indices qui les conduisirent à une grotte cachée dans le Palais terrelfe de Staprion.
Gerrard et l'équipage empruntèrent la grotte et firent une rencontre des plus inattendues : Eladamri.



Les retrouvailles de Gerrard et Eladamri



L’elfe rajhi expliqua qu'il avait échappé à son plan par un portail dans la forteresse. Qui plus est, Eladamri affirma que c’était lui le vrai Korvecdal, destiné à unir son peuple et les autochtones de Dominaria.
Déjà, la nation vesuvéenne portait sa bannière, et le peuple survivant de Llanowar lui prêta bientôt serment d'allégeance. Eladamri commença à former sur une échelle planétaire une alliance pour contrecarrer les Phyrexians. Gerrard fut heureux de voir le Seigneur des Feuilles en vie, mais fut encore plus surpris de revoir un autre visage familier : Multani. Le maro-sorcier était en vie et collaborait avec Eladamri afin d’enrayer la destruction de Llanowar. La Yavimaya était désormais à l'abri de l’invasion Phyrexianne, mais d'autres nations de Dominaria ne seraient pas aussi chanceuses.

Gerrard, Eladamri et Multani commencèrent à discuter de leurs projets à venir. En paiement du remède apporté à Llanowar, Gerrard demanda aux deux autres une faveur. Eladamri avait guéri les craintes des elfes grâce à la magie des Cavernes du Rêve, qui se trouvaient dans les souterrains de Llanowar. Gerrard apprit que les grottes pourraient exaucer les vœux de ceux qui y entraient si ils y croyaient vraiment. Gerrard demanda à Eladamri et Multani de l'y emmener afin de guérir le mal qui rongeait Hanna.

Gerrard, l'équipage, Multani, Eladamri et son ami Lin Sivvi voyagèrent aux Cavernes. Gerrard commença à expliquer à ses amis à quel point Hanna lui était précieuse. Des larmes coulant sur son visage, le capitaine exposa ses nombreuses vertus, sa bonté envers les autres et sa vaste connaissance des artefacts. Avant que les larmes de Gerrard n’aient quitté ses yeux, Hanna était revenu à un parfait état de santé. Gerrard se précipita à ses côtés pour l’embrasser, mais dès que ses mains touchèrent le corps de la jeune fille, elle recommença à souffrir et la maladie reprit son cours. Eladamri lui fit savoir que si ce rituel ne pouvait pas la sauver, rien ne le ferait. Hanna allait mourir avant la fin de la semaine.

Une fois de plus, le voyant aveugle apparut et prévint Gerrard qu'une lutte exigeait l'aide de l’Aquilon. Dans la lointaine terre de Koilos, une autre guerre était menée et déterminerait grandement l’issue de l’invasion. Koilos était le site où, il y a bien longtemps, les Frères Urza et Mishra avaient accidentellement permis aux Phyrexians de revenir sur Dominaria. Le portail de Phyrexia était niché dans la Caverne de Koilos, et les Phyrexians pourraient bientôt l’emprunter. L’aquilon mit immédiatement le cap sur Koilos, emmenant Eladamri, Sivvi, Multani et une foule d'elfes avec lui.

L’Aquilon arriva à Koilos et se trouva face à une scène des plus surprenantes. Des millions de Phyrexians s’étaient rassemblés près de l'ancienne grotte, mais s’opposaient à des créatures artificielles utilisant le mana bleu : les Métathrans. Agnate et Thaddée, deux frères Métathrans de plus de sept pieds de haut, avaient le commandement de ces étranges créations.

Malheureusement, le Méthatran Thaddée avait été fait prisonnier par Tsabo Tavoc et sa vie était sérieusement menacée. Les Métathrans ne pourraient se battre sans leurs deux leaders, et il fallait espérer qu’Eladamri pourrait unir les armées et les peuples comme il l'avait fait dans le passé. L’elfe rajhi et Agnate engagèrent une lutte brutale, et en fin de compte Eladamri se révéla digne de prendre le contrôle de la moitié de l'armée.

Jamais auparavant un tel rassemblement n’avait eu lieu sur Dominaria. Humains, elfes et même Metathrans s’unissaient pour la défense de leur plan contre les plus sombres armées du multivers. Ce fut un moment de grande bataille, mais également un temps de célébration. Les autochtones de Dominaria avaient mis de côté toutes leurs querelles pour arrêter les Phyrexians...



Les Métathrans



...Mais rien de tout cela ne comptait vraiment pour le capitaine. Hanna était en train de mourir. Elle ne passerait pas la nuit, et Gerrard fut appelé sur son lit de mort. Juste avant de décéder, Hanna avoua à Gerrard qu'elle l'avait toujours aimé. Il était maintenant temps pour eux de se dire au revoir. Mais Gerrard ne pouvait s’y résoudre, et Hanna s’éteignit sans avoir entendu la seule chose qui aurait pu la rendre heureuse.
En cet instant, une lumière mourut dans les yeux de Gerrard. Le capitaine, le maître d’armes et le héros venaient tout trois de voir leur amour s’éteindre. Il garda sa bravoure et sa détermination, mais ses craintes comme sa joie étaient désormais révolues. Gerrard était maintenu en vie par la seule volonté de détruire les Phyrexians, qui lui avaient tout pris. Il parvint à cette conclusion, et était persuadé de la garder jusqu’à sa mort : les Phyrexians étaient responsables de tous les malheurs qui l’avaient frappé.
Ils avaient massacré ses parents alors qu'il n’était encore qu’un nourrisson. Ils avaient corrompu son frère et fait de lui un monstre. Ils avaient sûrement chassé Multani et l’avaient ainsi condamné à une vie de mercenaire. Ils avaient tué sa plus chère amie Mirri. Ils avaient capturé Ertaï, qui était probablement mort ou rendu fou par la torture. Ils avaient détruit sa patrie, l’avaient balayée de la surface de la carte. Et maintenant, venaient de lui prendre la seule chose qui importait toujours, son amour pour Hanna. Gerrard ne possédait plus RIEN…rien, sauf l'envie de châtier ses bourreaux.

Hanna fut enterrée le lendemain dans les sables de Koilos, une terre aride et insensible. Gerrard ne dit rien lors des funérailles, son esprit mis à mal par tant de malheur. Plus tard ce jour-là, le père d’Hanna, Barrin, arriva dans une boule de feu et exhuma son corps de la tombe. Barrin et Gerrard se dévisagèrent mutuellement, et découvrirent dans le regard de l’autre le même chagrin abyssal. Ils avaient tous deux été privés de quelque chose qui les faisait rayonner, de quelque chose qui leur donnait une raison de vivre. L’air profondément las, Barrin emporta la dépouille de sa fille pour l’enterrer à Tolaria, auprès de celui de sa mère Rayne.



Le coeur brisé, Barrin exhume le corps de sa fille



La bataille de Koilos contre les Phyrexians encore présents put enfin commencer. Les armées d’Eladamri et d’Agnate attaquèrent les Phyrexians tandis que le passage de l’Aquilon les obligeaient à s’écarter, formant une brèche pour les raids alliés. Le regard morne et résolu à la fois, Gerrard se lança dans la mêlée, Tahngarth et les criminels Benalians sur ses talons. La bataille dura des heures et s'étendit sur des kilomètres.
L’Aquilon ceinturait régulièrement la zone, éliminant avec ses canons tous les vaisseaux Phyrexians qui avaient le malheur de le croiser. Gerrard et Tahngarth réussirent à pénétrer dans la grotte après des heures de combat, mais elle contenait encore plus d’ennemis qu’à l’extérieur. Le maître d’armes et le minotaure combattirent vaillamment jusqu'à ce qu’une horrible scène les arrête.
Le commandant Métathran Thaddée était ficelé à une table du chirurgien. Tsabo Tavoc l’avait gardé en vie, mais avait souillé son corps d’implants Phyrexians. Gerrard dit à Thaddée qu'il n’y aurait pas de répit à sa douleur, mais que son frère Agnate devrait pourtant tôt ou tard voir son corps. Tahngarth fut choqué par la cruauté de Gerrard, mais le jeune guerrier ne s’en souciait déjà plus et continua son combat dans le cœur même de Koilos.

« J'ai assez de haine pour tout le multivers, à présent ! »
- Gerrard




Au plus profond des entrailles de Koilos, Gerrard fut séparé de Tahngarth dans une chambre close. Gerrard était seul devant Tsabo Tavoc, qui jura que bientôt les Phyrexians régneraient sur Dominaria. Gerrard hurla sa colère et lutta de toutes ses forces contre le Phyrexian, mais il était trop faible et fut rapidement maîtrisé. Tsabo inocula à Gerrard une terrible drogue qui lui fit perdre l’esprit, et le Benalian prêta serment d’allégeance au général et à Yaugzebul.
Tsabo transporta sa victime vers le portail Phyrexian et attendit que ses alliés arrivent. Les défenseurs de Dominaria acculèrent de nouveau les Phyrexians jusqu’à leur portail et à la chambre infernale. Les amis de Gerrard luttèrent contre Tavoc, mais furent bientôt eux aussi vaincus.

Tout comme Tavoc était sur le point d’emmener Gerrard par l'intermédiaire du portail Phyrexian, Karn surgit et détruisit les Phyrexians aussi facilement qu’on écrase des mouches. Le golem d’argent renonça à son vœu de pacifisme et jura qu'il se battrait jusqu'à la mort de Gerrard. Karn arracha beaucoup des pattes de Tsabo Tavoc, obligeant la créature à fuir vers Phyrexia et à désactiver le portail derrière elle.

Avec la fuite du général, la drogue cessa de faire effet et Gerrard recouvrit ses esprits. Les héros de Dominaria combattirent les derniers Phyrexians et finirent par être victorieux. Avec un rugissement de joie pure, les défenseurs de Dominaria célébrèrent leur victoire à Koilos. Le portail Phyrexian existerait perpétuellement, mais les horreurs ne pourraient plus l’emprunter pour quelques temps.

Une personne entra alors dans la chambre désormais purgée des Phyrexians, dégageant une aura colossale de puissance. Sitôt qu’ils l’aperçurent, cependant, les guerriers tombèrent un par un à genoux. Tout le monde dans la salle suivit l’exemple, même si certains s’interrogeaient encore sur l’identité du mystérieux personnage. Tous s’agenouillèrent, à l'exception de Gerrard Capashen. Stupéfait, Gerrard découvrit que l'être source de tout ce culte n'était autre que le mystérieux voyant aveugle. L'assistant s’avança et enleva son bandeau, révélant des yeux non pas aveugles, mais composés de deux pierres qui semblaient percevoir bien plus que ne le pouvait la vue des simples mortels. Gerrard demanda discrètement à Karn quelle était sa véritable identité. Le golem répondit qu'il ne savait pas, mais qu’une sorte d'instinct lui soufflait que c’était son créateur, ainsi que le créateur de l’Aquilon et de l'Héritage. C’était l'homme qui avait orchestré l'ensemble de cette bataille, créé les Métathrans afin de défendre Dominaria et arpenté les plans durant 3141 ans : Urza.

L’Arpenteur dit à Gerrard qu'il avait accidentellement autorisé les Phyrexians à pénétrer dans Dominaria, mais que cette fois, il pourrait, avec son aide, sceller le portail. La menace du portail écartée, Gerrard écouta les nombreux récits d’Urza. L’arpenteur désirait venger son frère qu’avaient corrompu les Phyrexians, des millénaires auparavant.
Pour parvenir à cette fin, il avait créé l'Héritage, l’Académie Tolarianne, l’Aquilon, Karn, les Métathrans et même Gerrard. Car l’existence du maître d’armes était aussi due au génie de l’Arpenteur. Urza avait besoin d'un être apte à utiliser l'Héritage, un être qui possédait d'autres caractéristiques, inconnues des Dominariens.
Pour cette raison, le vieil homme avait génétiquement contrôlé la lignée de ses ancêtres. Tout ce qui s'était passé dans la vie de Gerrard avait été mis en place par l’Arpenteur. Ce n’étaient pas les Phyrexians qui lui avait dérobé son bonheur et ceux qu’il aimait. C’était Urza. C’avait toujours été Urza.

Chaque être vivant sur ce plan n’avait été qu’un jouet dans la guerre que menait Urza. Devant tant d’égoïsme, Gerrard jura qu'il ne pardonnerait jamais à l’Arpenteur.

« Je serai votre défenseur, votre héros. Je lutterais pour le combat auquel je suis destiné. Mais vous…vous, je vous haïrais à jamais. »
- Gerrard




Le cœur lourd, Urza accepta calmement et encouragea les Dominariens à se réjouir de la victoire.
Les jours passaient et l’on lava le désert de Koilos de l’invasion. Les cadavres des Phyrexians furent détruits par le feu, et il n’en resta rien.
Les forces de la Coalition commencèrent enfin à espérer la victoire totale, admirant avec une crainte respectueuse les neuf titanesques machines qu’Urza avait créé (Rage selon Urza) et qu'il essayait aux côtés de huit autres Arpenteurs.

Au fil des jours tendus par l’attente, Urza, Gerrard, Agnate et Eladamri seuls savaient quel serait le prix à payer pour le salut de Dominaria. Durant ces quelques jours paisibles, Urza détailla à Gerrard les horreurs auxquelles il serait bientôt confronté. Les Phyrexians étaient horribles, oui, mais leur maître Yaugzebul les faisait paraître bien sages en comparaison. Le Seigneur Sombre avait l'intention de s’approprier Dominaria et de détruire tous ses habitants, jusqu’au dernier.
Ses Incarmals y avaient grandement contribué. Après la désertion du dernier d’entre eux, Wöhlrajh –qui n’avait en réalité fait que suivre l’Aquilon - , les Phyrexians avaient choisi un nouveau seigneur capable de commander les forces rajhies.
Ce nouvel Incarmal était certainement moins rusé que l’ancien, mais bien plus sanguinaire et sauvage. Posant une question dont la réponse lui était inconsciemment connue, Gerrard apprit avec effroi que le nouveau gouverneur de Rajh n'était autre que le noble d’Urborg Crovax, encore en vie après tout ce temps.

Quelques jours après la bataille de Koilos eût pris fin, le sol chatoya et sa couleur se teinta d’un rouge répugnant. À l'horizon, des dizaines de millions de Phyrexians entouraient à présent les forces de la Coalition. Ce qui avait autrefois été du sable présentait maintenant toutes les caractéristiques de la fluipierre. Le plan de Rajh avait débordé dans celui de Dominaria. La deuxième étape de l'invasion avait commencé.



Le plan de Rajh se déverse dans celui de Dominaria



« Très bien…puisqu’il en est ainsi, nous leur ferons ravaler leur sol infâme! »
- Gerrard




La Coalition avait lutté contre des millions de Phyrexians et devait maintenant faire face à une armée encore plus grande. Encerclées de tous les côtés, les forces affaiblies de la coalition prirent pourtant les armes, massacrant ainsi quelques ennemis. Seul Urza vit une autre solution. En ce moment Gerrard affrontait les Phyrexians à Koilos. Le lendemain, il devrait à nouveau les attaquer sur les marais d’Urborg : c’était tout bonnement impossible, songea l’Arpenteur.
Urza utilisa ses pouvoirs inimaginables, téléportant l’ensemble de la Coalition dans les marécages, où la lutte était plus urgente. Ils devraient à présent surmonter les hordes Phyrexiannes dans l'obscurité de la terre d’Urborg, afin d’éviter que ce pôle de mana noir ne tombe entre les mains des Phyrexians.

Assisté par les forces terrestres d’Agnate, l’Aquilon serait le point de ralliement de la Coalition quand ils avanceraient lentement jusqu’à la Forteresse, qui avait établi son domaine au nord de l’ancien château de Crovax. Après une escarmouche qui fut gagnée par l’Aquilon et la machine titanesque d’Urza, et conduisit les forces de la Coalition sur les plages d’Urborg, Gerrard et son armée tentèrent de faire sortir les Phyrexians de la cachette aménagée dans le château.

Mais le maître d’armes fut stupéfait de voir que les immondes bêtes ne tentaient même pas de se défendre. Au lieu de cela, elles préféraient honorer une énorme statue de Crovax, à laquelle elles rendaient nuit et jour un culte.

« Il est temps que ceux qui ont semé la mort rendent des comptes à quelqu'un. Et je suis ce quelqu'un. »
- Gerrard




L’Aquilon passa les jours suivant à défendre l’armée d’Agnate des forces aériennes Phyrexiannes : les Dragon-machines, les dirigeables et les portails de spores pesteuses. Lors d’un affrontement, Gerrard fut presque tué en attaquant tout seul un immense Dragon-machine. Multani et Tahngarth le sauvèrent, mais il devint vite clair pour l'ensemble de l'équipage que la mort de Hanna avait sérieusement commencé à ébranler sa santé mentale.

Une semaine passa et le bilan fut loin d’être positif pour les alliés de la Coalition. Bien que les armées de Urza aient courageusement combattu, ils gagnèrent de moins en moins de terrain. Bientôt, les Phyrexians retrouvèrent une grande partie des marécages. Gerrard fit transplaner l’Aquilon à Talruùm, la terre ancestrale de Tahngarth, espérant convaincre le peuple minotaure de se joindre à la guerre d’Urborg.

À son arrivée à Talruùm, toutefois, Gerrard ne vit qu’une mer ouverte devant lui. Gerrard se rappela des rumeurs racontant que l’Arpenteur Téfeiri avait progressivement effacé Djamûraa, préférant transformer son peuple en énergie magique plutôt que de laisser périr par les griffes des Phyrexians. Etait-il à l'origine de ce phénomène ?
L’Aquilon mit le cap vers l’Hurloon dans l'espoir d’y trouver des réfugiés. Mais un véritable abattoir les attendait. Des dizaines de millions de minotaures avaient été massacrés. Les survivants étaient maintenant comateux, et l’on exerçait sur eux les mêmes tortures que sur Tahngarth. Le vaisseau attaqua les laboratoires Phyrexians et prit à bord les minotaures inconscients. Alourdi par les milliers de corps inanimés, l’Aquilon était incapable de décoller et dû transplaner en glissant à travers les plaines.
Le navire débarqua au sein de la Yavimaya, où Multani guérit les blessés, et révéla à l'équipage que la coque de l’Aquilon venait du cœur de cette forêt. Les fumigations d’Orime réussirent à éveiller les minotaures, qui jurèrent de les aider à détruire les Phyrexians lors de la bataille d’Urborg.

« Nous ajouterons nos épées à votre courage, et nos boucliers à votre honneur. »
- Les réchappés de Talruùm




L’Aquilon retourna à Urborg et vit que la Coalition avait bien mieux tenu que prévu. Curieusement, les forces d’Agnate s’étaient alliées avec celle d’un natif d’Urborg, le seigneur nécromancien Dralnu, et exterminaient rapidement les Phyrexians. Gerrard et Agnate parlèrent longuement des dilemmes moraux risquant de les toucher pour s’être alliés avec les morts-vivants.

Agnate révéla à Gerrard que la peste avait infecté son corps et qu’il avait besoin des soins d’Orime. La guérisseuse appliqua des onguents mais découvrit rapidement que ce n'était pas la peste, plus probablement une maladie créée par Dralnu visant à tuer Agnate et à placer l’armée sous son commandement.

En toute connaissance de cause, Agnate jura que cette bataille ne pouvait pourtant être gagnée sans l'aide de Dralnu et a continua à soutenir le seigneur liche. C’est alors que les forces de Talruùm conduites par le commandant Grizzlegom se joignirent à la mêlée d’Urborg.
Pendant que les forces au sol de la Coalition poursuivaient leur raid à travers Urborg, l’Aquilon s’éleva dans les airs et commença à attaquer la forteresse. Après s’être faufilé à travers des dizaines de tirs Phyrexians, le vaisseau s'est trouva une fois de plus confronté avec le terrifiant Prédateur.

Lors de leur précédent affrontement, l’Aquilon avait été très endommagé, mais cette fois il démontra qu’il avait surpassé le navire ennemi. Cependant, Gerrard commença à croire qu’ils étaient tombés dans un guet-apens. Ce pressentiment vint malheureusement bien trop tard, et l’Aquilon fut bientôt cerné non pas par les Phyrexians, mais par les moggs rajhis.
Alors que Gerrard luttait contre les affreuses créatures, il entendit un cri épouvantable à l'arrière du vaisseau, près de la place où Skwi dirigeait le canon arrière. Gerrard alla secourir le gobelin, qui avait été blessé par le commandant Grêvën il-Vec. Gerrard et Tahngarth arrivèrent à temps pour le sauver, et engagèrent le combat. Mais le rajhi contrôlé par Crovax n’était pas au mieux de sa forme, et ne put résister à l’attaque fulgurante du maître d’arme et du minotaure. Sa colonne vertébrale, fléau de son existence, fut sectionnée et il mourut pendant que Tahngarth le jetait par-dessus bord.

Le Prédateur s’était écrasé sur la montagne de la nouvelle forteresse. Examinant le corps de Skwi, Gerrard fut surpris de constater que le gobelin avait miraculeusement survécu à l'agression sans aucunes traces de blessures. Tout comme Gerrard s’interrogeait sur ce mystère, il sentit de puissantes mains saisir de son cou. Tournant la tête, Gerrard fut terrifié de découvrir une autre créature Phyrexianne à bord de son navire. Et il fut encore plus horrifié d’y reconnaître un visage, bien que très déformé, qui lui était effroyablement familier. C’était autrefois un jeune homme qui portait sur lui l’arrogance, mais été promis à une grande carrière. Ertaï, abandonné par l’Aquilon au sein de Rajh, avait rejoint les Phyrexians.



Ertaï a subi d'horribles transformations



Gerrard n'eut pas un instant pour réagir face à cette catastrophe, car Skwi et lui furent aussitôt téléportés dans la forteresse. Seuls, Gerrard et Skwi durent faire face au sorcier corrompu et à son maître. Crovax avait également été modifié par les Phyrexians, et paraissait maintenant plus effrayant encore qu’après son vampirisme. Le nouvel Incarmal en devenir faisait maintenant près de sept pieds de hauteur, et on lisait la mort dans ses yeux ainsi qu’on s’effrayait de son sourire de requin aux yeux noirs. Il ne restait plus aucune trace de l’homme noble qu’il avait été.

Au lieu de tuer immédiatement Gerrard, Crovax offrit au jeune homme la possibilité de maîtriser des pouvoirs qu’il n’oserait pas imaginer même dans ses rêves les plus fous, si il voulait seulement se plier à la volonté du seigneur Yaugzebul.
Crovax tenta de montrer à Gerrard que les forces de la Coalition étaient vraiment au plus mal. Agnate commandant avait succombé à sa maladie et avait dû demander au commandant Grizzlegom de l’achever. Il prétendit aussi que Darigaaz, le chef des forces draconiques de la Coalition, avait l'intention de détruire Phyrexia qu'il avait réveillé les diaboliques dragons primitifs et pris place au sein de leur groupe. Le dragon avait été tellement honteux de ses actes qu’à la tombée de la nuit il avait lui-même plongé dans la caldeira (Terminaison). Et maintenant qu’ils s’étaient éveillés, les autres Primitifs s’étaient engagés dans une bataille contre l’Aquilon et le reste des dragons.

Gerrard nia tous ces mensonges jusqu'à ce que Crovax ne lui montre quelque chose de plus horrible encore. L’Incarmal venait d’ouvrir un portail sur la Neuvième Sphère de Phyrexia, siège du pouvoir de Yaugzebul. Mais plus terrifiant encore que ce lieu délétère, il y avait cette personne bien connue agenouillée devant le Seigneur Sombre. Urza l’arpenteur était un traître. Après une lutte de quatre mille ans contre Yaugzebul, il avait trahi les huit autres Arpenteurs et l’avait rejoint (En vérité, Urza fut confronté dans la Sixième Sphère à des créatures psychiques, les Pneumagogs, qui lui lavèrent le cerveau).

Gerrard ne pouvait nier ce que voyaient ses propres yeux. Si Urza s’était joint à Yaugzebul, alors tout espoir était perdu. Malheureusement, Gerrard trouva un nouvel espoir dans les paroles de Crovax. Le Dieu Sombre était le maître de la vie et la mort, et pourrait rappeler des âmes perdues afin de les ressusciter. Agacé par les doutes de Gerrard et voulant prouver ses dires, Crovax assassina Skwi dans un accès de rage violente. Gerrard fut horrifié, mais vit bientôt son corps se régénérer et revenir à la vie. Qui plus est, le gobelin n’était pas devenu une monstruosité Phyrexianne par cet acte, et était resté exactement le même qu’auparavant. Crovax montra une nouvelle preuve, révélant à Gerrard Sélénia. L’ange noir avait été ressuscitée, comme récompense pour avoir maudit Crovax et l’avoir rendu plus manipulable.
Crovax montra à Gerrard qu’il avait retrouvé son amour, et lui promit que le Seigneur Sombre pourrait faire de même pour celle qu’il chérissait. Si le maître d’armes entrait dans le portail se couchait au pieds de son créateur afin de lui rendre hommage, Yaugzebul consentirait sûrement à lui ramener Hanna.

Gerrard cracha au visage de Crovax et le traita de menteur, mais ses yeux pleins de haine retrouvèrent un visage qu’il avait crû ne plus jamais revoir.
Hanna était debout aux côtés d’Urza, et regardait son amour avec des yeux embués de larmes.

« Rien ne nous différencie si ce n’est ma folie. Maintenant, même la mort ne se dresse plus entre nous. Bientôt, nous serons ensemble pour toujours. »
- Gerrard



Pour Gerrard, c'était trop d'émotion. Il ne pouvait plus rien dire. Hanna pouvait revenir au sein des vivants. Le prix à payer était sans importance, que ce soit pour sa vie ou à son âme. Gerrard franchit le seuil de l’enfer même, et se prosterna devant son souverain (Dévotion dévoyée). La Coalition avait perdu, même si elle ne le savait pas encore.

« Libérez Hanna et je m’engage à vous seconder éternellement. Je suis votre serviteur, Yaugzebul. »
- Gerrard




Au coeur de l'enfer, Gerrard s’était incliné aux côtés de son créateur devant le dieu de la mort. Yaugzebul avait gagné. Sans le génie d’Urza et le commandement de Gerrard, Dominaria n’aurait plus personne à opposer au Seigneur Sombre. Mais avant que le plan ne soit vaincu, le maître de Phyrexia avait encore quelques jours pour jouer avec ses nouveaux pions.

Gerrard et Urza se livreraient un duel à mort, perversité dont seul Yaugzebul pouvait jouir. Gerrard aurait certainement péri face à l’Arpenteur, si le seigneur Sombre n’avait pas décidé de truquer un peu la partie. Urza serait dépouillé de tous ses pouvoirs d’Arpenteur et forcé de combattre Gerrard comme un simple mortel.
Si la victoire revenait à Urza, ce dernier monterait aux côtés de Yaugzebul et découvrirait les secrets du multivers. Mais si Gerrard gagnait, il deviendrait le lieutenant en chef du Dieu Sombre et Hanna serait libre de quitter ce cauchemar.

« Je lutterais volontiers contre Urza. Il m’a créé et m’a voué à ce destin funeste. Je pourrais le battre et le tuer sans qu’on me promette de récompense : vous servir, Seigneur Yaugzebul, serait la grande des récompenses. »
- Gerrard



Bientôt, une lutte acharnée débuta. Gerrard faisait face à Urza sous les hurlements hystériques de l’Arène Phyrexianne. Gerrard fut stupéfait par les prouesses de son adversaire au combat, mais après tout Urza avait vécu six longues décennies avant de devenir Arpenteur : il n’était pas un simple débutant en matière de duel.

Toutefois, Gerrard découvrit un des secrets de la Neuvième Sphère, à savoir que la scène était composée de fluipierre, et pouvait prendre la forme de son choix. Ainsi, les deux lutteurs combattirent d'abord avec des armes tueuses d’âmes, puis avec des créations faites de fluipierre : des flots pesant des tonnes, des golems, un labyrinthe…. Mais il devint rapidement évident que quelle que fut la tactique de Gerrard, Urza pouvait grâce à son génie l’utiliser à son avantage et l’améliorer.



Le combat est acharné entre les deux héros déchus



Le maître d’arme essaya de trouver de nouvelles stratégies avant qu’Urza ne puisse le vaincre, essayant en vain de prendre l’Arpenteur au dépourvu. Enfin, Urza fut victorieux et transperça le cœur de son ennemi. Mais comme Gerrard gisait à ses pieds, Urza fut submergé par le chagrin et présenta ses excuses pour la façon dont il l’avait rendu responsable d’un destin insurmontable.
Le jeune héros avait été une victime avant même d’avoir été conçu, un pion dans une guerre que l’Arpenteur ne pouvait plus soutenir. Les yeux embués de larmes, Urza souhaita que l’âme du jeune homme trouvât la paix.

Mais l’infamie de Yaugzebul était sans limite. Le Seigneur Sombre rejeta sa victoire, arguant qu’un vainqueur ne pouvait pleurer ainsi. Urza avait vaincu Gerrard, mais il l'avait fait par procuration et sans soif de sang. Le roi de Phyrexia ressuscita Gerrard et ordonna un autre combat. Ce ne serait pas une lutte gagnée par stratégie et dignité, mais par le sang et les tripes. Gerrard et Urza subirent l’inoculation d’une drogue, qui alimentait d’ordinaire les prêtres de Gix, un ancien lieutenant de Phyrexia.

Le cœur des deux rivaux s’emplit de haine, et ils durent prouver leur valeur par la sauvagerie et la bestialité afin de monter à côté de Yaugzebul. La bataille reprit rapidement. Gerrard et Urza luttèrent pendant des heures, peut-être pendant des jours. Gerrard n’était plus un capitaine parangon d’une indéniable volonté. Urza n’était plus un maître tacticien et un artificier. Les deux avaient été rabaissés au rang des animaux, et cherchaient chacun à réduire l’autre en bouillie, tout cela uniquement afin de servir l’être le plus noir du multivers.

Mais toutes les batailles doivent avoir une fin, et Gerrard s’avéra en fin de compte victorieux (Arène Phyrexianne). Le maître d’armes se tenait à présent victorieux devant son maître, la tête d’Urza à la main, naïf vainqueur d’un combat sans aucune noblesse. Yaugzebul jubilait. Enfin, son ennemi le plus redouté avait été tué par sa propre création.

En récompense, le Seigneur Sombre conféra à Gerrard des aptitudes inimaginables. Son corps fut saturé par le pouvoir de Phyrexia, faisant de lui un guerrier dix fois plus fort qu’avant. Mais cela importait peu pour le héros déchu. Gerrard demanda humblement à son nouveau maître la liberté d’Hanna. Hanna s’avança alors, tendant ses mains et exigeant la tête de Urza d’un ton glacial.
À ce moment, Gerrard ouvrit les yeux sur les faiblesses de Yaugzebul : le Seigneur Sombre ne connaissait pas l’amour, ou l’avait oublié depuis longtemps. Et on ne pouvait pas se rappeler de quelque chose qu’on ignorait.

« Tu n’es pas ma Hanna! »
- Gerrard



Il avait été berné tout ce temps. Hanna était morte. Elle avait péri à Koilos. Son âme ne pourrait jamais être ramenée, et surtout pas dans un lieu aussi impur. Avec un cri furieux, Gerrard attaqua la fausse Hanna, mettant fin à la macabre comédie de Yaugzebul.
Ce dernier déchaîna alors sa colère. Son lieutenant s’était retourné contre lui, quelques instants seulement après avoir été élu. Gerrard fut renvoyé par le portail sur Dominaria, où Crovax attendait dans la forteresse.

Vomi du centre de l'enfer, Gerrard mit quelques secondes pour rassembler ses esprits, et réalisa qu'il était complètement entouré de soldats rajhi. Gerrard se battit aussi longtemps qu'il le pouvait, mais fut rapidement submergé. Son salut vint d’une silhouette familière.
Skwi était venu au secours de Gerrard, ce qui permit au guerrier de faire une pause momentanée avant de reprendre la bataille.
Malgré les tentatives de meurtre d’Ertaï, Gerrard et Skwi finirent par à atteindre la Salle du Trône.

C'est alors que le Crovax fit son apparition ; le vampire se mit entre eux et la sortie, obligeant Gerrard à l’affronter.
Les pouvoirs accrus du héros l’avaient rendu plus fort que Crovax, mais ce dernier avait sa propre subtilité. Il railla Gerrard, disant qu'il y avait une chose que Yaugzebul n'avait pas améliorée : il manquait de cruauté. L’Incarmal reçut alors un coup qui provoqua un horrible chœur de lamentations.
L’épée de Gerrard avait touché l’agonophone de Crovax, un horrible organe fait d’ossements humains et destiné à déstabiliser les cœurs purs. Les plaintes des pauvres âmes formaient une musique déchirante à laquelle le cœur de Crovax était depuis longtemps insensible. En revanche, Gerrard revit en un instant toute l'horreur et la douleur qu'il avait causé, permettant à Crovax de reprendre rapidement le dessus.
Mais c’est avec une rage alimentée par le chagrin que Gerrard attaqua Crovax de toutes ses forces.



Un autre duel décisif pour Gerrard...



Les deux combattirent sans relâche, jusqu'à ce que le maître d’armes enfonçât sa lame dans le dos de son ennemi. L’attaque de Gerrard lui ayant sectionné la moelle épinière, l’homme déchu mourut avant d’avoir atteint le sol...

« C’est vous qui m’aviez promis Hanna si je me joignais à vous. Vous avez rompu votre engagement, et j’ai maintenant rompu le mien. »
- Gerrard



Sélénia arriva quelques instants plus tard et avec un triste sanglot, emporta doucement l'âme de Crovax (Dernière caresse). L’Incarmal n’était pas né diabolique, il l’était devenu, mais avait autrefois été le jeune homme souriant que Gerrard connaissait.

Sélénia et Crovax disparurent juste au moment où débarqua Skwi, portant le cadavre d’Ertaï qu’il avait presque accidentellement tué. Gerrard se rendit compte que Crovax et Ertaï avaient été des victimes, pas des monstres.
Yaugzebul devrait payer pour toutes les horreurs de sa vie. Et seule sa mort pourrait apaiser le cœur des Dominariens...

Gerrard et Skwi purent se reposer quelques instants, mais la salle fut une fois de plus envahie par les soldats de Rajh.
Gerrard se vanta d'avoir tué Crovax et d'être devenu le nouvel Incarmal de Rajh, mais les il-Vec percèrent facilement ce mensonge. Gerrard se prépara à une bataille acharnée, mais lorsqu'l leva son épée, tous les ennemis furent miraculeusement annihilés.

Stupéfait, Gerrard regarda le trône de Crovax où la tête d'Urza lévitait, ses yeux de gemmes flamboyant plus que jamais. L’arpenteur était encore en vie, mais à peine. Le trio parla brièvement, mais d’autres soldats se précipitèrent bientôt dans la Salle du Trône. Mais il s’agissait cette fois-ci des soldats de la Coalition!

Sissay, Tahngarth et Karn étaient venus au secours de Gerrard, tout comme il était venu à leur secours près d'un an plus tôt. Quelques instants plus tard, Eladamri, Sivvi et Grizzlegom firent irruption dans la pièce. Gerrard et Skwi étaient sauvés, mais s’échapper serait une autre question.

Les forces de la coalition foncèrent furieusement vers l’Aquilon, mais furent de nouveau stoppés par des soldats rajhis et des moggs. Gerrard et ses amis prirent les armes, mais ils se pétrifièrent lorsque Skwi découvrit le véritable danger : les ennemis étaient déjà morts.
Yaugzebul s’installait peu à peu sur Dominaria, et ces mort-vivants étaient les signes avant-coureurs de son aura délétère. Gerrard ordonna à la Coalition de faire un dernier effort, et ils gagnèrent finalement le pont de l’Aquilon.

Le vaisseau fila pour échapper à la forteresse, et d’en haut Gerrard put voir la situation critique de son plan natal. Urborg était en ruines, et le reste du monde ne valait pas beaucoup mieux. Gerrard commença à se demander s'il y avait encore quelque chose à défendre.

Un nuage noir arriva alors dans le ciel, venu du portail Phyrexian et apportant les pires présages du multivers. Yaugzebul était arrivé sur Dominaria. Gerrard, Tahngarth et Skwi firent feu avec les canons, mais rien ne pouvait blesser une telle entité. Le sol se mit à prendre des formes immondes : d'énormes golems de mort, des cadavres en décomposition, des détritus… Yaugzebul était le maître de la mort, et après tout la terre n’était-elle pas une matière inerte ?

Eladamri et Grizzlegom demandèrent posément à Gerrard de les déposer au sein de la mêlée. Bien que leur mort à tous fût certaine, Gerrard accepta tranquillement. Eladamri et les forces de Grizzlegom partirent défendre Dominaria de la seule manière possible : en se battant.

Avec un élan suicidaire, l’Aquilon vola directement dans le nuage sombre qu’était devenu Yaugzebul. Le navire plongea au cœur des ténèbres glaciales, mais il fut cruellement affaibli par cette énergie maléfique et risquait de tomber rapidement en panne.



L'Aquilon n'a plus grand chose à perdre à présent



Ce qu’il restait d’Urza proposa un plan désespéré. L’Aquilon était principalement composé de mana blanc pur, capturé un millénaire auparavant durant l'effondrement du royaume de Serra. Si ce mana était libéré, des millions d'anges seraient ramenés à la vie et pourrait affronter Yaugzebul. Mais un tel choc d’énergies contraires risquait d’anéantir la moitié de Dominaria.
Gerrard retourna le plan dans son esprit, mais Sissay le mit en garde contre l’Arpenteur, homme responsable de la dévastation d’Argoth.

Karn eut alors une autre idée. L’Anti-Lune en orbite autour de Dominaria était une ancienne machine Thran, et était composée d’innombrables niveaux de mana blanc. Attirer Yaugzebul avec l’Aquilon et détruire la lune le rayerait définitivement de la surface du multivers !
Urza s’opposa à ce plan, mais le reste de l'équipage convint qu'il valait mieux cela que de détruire l’ensemble de l’hémisphère qui serait exposé à l'autre attaque. L’Aquilon fusa vers l’Anti-Lune et la désintégra de ses canons, projetant une quantité phénoménale de mana blanc droit dans le cœur de l’entité maudite...

...Et cela ne fit rien. Bien que blessé, il ne fallut à Yaugzebul qu’une seule seconde pour récupérer. En un instant, les espoirs de Dominaria s’effondrèrent. Même une source de mana blanc stockée et développée depuis 9000 ans ne pouvait ralentir le Seigneur Sombre. Rien ne pouvait être fait.

Défait, Gerrard descendit du pont de l’Aquilon, le navire étant déjà très proche du sol. Mais au lieu de combattre, le Seigneur Sombre choisit d’annihiler toute vie sur le plan. Déjà, son nuage couvrait la totalité du plan et à chaque seconde, des dizaines de milliers d’autochtones périssaient. Dans une demi-heure peut-être, Dominaria serait morte et Phyrexia régnerait.

« Je voudrais tellement pouvoir purger ce plan. »
- Urza




L’Arpenteur avait un dernier plan, et Gerrard fut d'accord sans même l’avoir écouté. Quel que soit son idée, Dominaria n’avait pas d'autre alternative.
Gerrard comprit plus ou moins ce qu’on exigeait de lui et fit ses adieux à son équipage, leur dit à quel point chacune et chacun d'entre eux comptait pour lui. Sissay, Tahngarth, Orime et Skwi et ne pouvait savoir ce que Gerrard allait faire et il ne le savait pas lui-même.

Gerrard, Urza et Karn se réunirent à la salle des machines, où Urza révéla ce qu’était réellement l'Héritage.
Il n'était pas une simple collection de puissants artefacts qui fonctionnaient ensemble pour détruire Yaugzebul. Il s’agissait d'objets capables de croître et d'évoluer, un peu comme Karn l'avait fait durant son existence. L'Héritage avait atteint son plein potentiel et c’était le moment ou jamais pour vérifier sa puissance.

Mais pour ce faire, il faudrait se servir de la Mightstone et Weakstone qui étaient les yeux d’Urza. Les mains frémissantes, Gerrard retira les précieuses pierres de son crâne, prenant la vie du puissant Arpenteur. Une fois de plus, il avait assassiné son propre créateur. Gerrard plaça les pierres à l’intérieur du corps de Karn, mais n’en savait pas plus.

Il y eut une grande lumière qui les happa tous, et Gerrard mourut avec le cœur en paix. L'Héritage fut un succès. Yaugzebul disparut totalement de la surface de Dominaria. Bien que l'ensemble du plan fût maintenant en ruines, le sacrifice de Gerrard et du génie Urza avait sauvé le plan.
Gerrard avait vécu beaucoup trop de malheur dans une si courte vie. Urza avait menti lorsqu'il avait dit qu’en renonçant à tout ce il gagnerait tout. Au lieu de cela, Gerrard avait renoncé à sa vie pour que tant d’autres puissent vivre la leur, ou tout simplement naître…

« Ne portez pas mon deuil. C'était mon destin. »
- Gerrard



Sources : Phyrexia.com, Magicthegathering.com et MagicCorporation.com[

Ajouter un commentaire

Vous n'êtes pas connecté ! connectez-vous ou inscrivez-vous pour poster un commentaire