Analyse de la carte : Cheval de cauchemar

Informations

Date : 25/03/2007 à 00:00

Auteur : jerico

Lecture : 11933

Nombre de commentaire : 41

Fiche du Membre

jerico

Avatar de jerico

Hors Ligne

Membre Inactif depuis le 25/04/2011

Grade : [Sortisan]

Inscrit le 02/08/2006
30 Messages/ 0 Contributions/ 24 Pts

Nightmare
Texte Anglais
Nightmare
CreatureNightmare Horse

Flying
Nightmare's power and toughness are each equal to the number of Swamps you control.
*/*
Texte Français
Cheval de cauchemar
Créaturecauchemar et cheval

Vol
La force et l'endurance du Cheval de cauchemar sont chacune égale au nombre de marais que vous contrôlez.
*/*
Infos sur cette Carte Magic

Edition : - 150/378
Illustrateur : Melissa A. Benson
Disponibilités :
Welcome Deck 2017NM/MT1.50 €
Welcome Deck 2016NM1.90 €
Magic OriginsNM/MT1.50 €
Magic 2014NM/MT1.50 €
Magic 2014NM/MT3.00 €
Magic 2014NM/MT3.00 €
Magic 2010NM/MT1.50 €
Magic 2010NM/MT1.50 €
10th EditionNM/MT1.50 €
9th EditionNM/MT1.50 €
8th EditionNM/MT1.50 €
7th EditionNM/MT1.50 €
6th EditionNM/MT1.50 €
5th EditionNM/MT1.50 €
4th Edition2.75 €
4th EditionNM/MT1.50 €

Explication de l'analyse de la carte par l'auteur

 

 

Bonjours et bienvenu dans l’analyse de ma carte fétiche qui est le cheval de cauchemar.

 

LE CHEVAL DE CAUCHEMAR :

 

 

I .INTRODUCTION :

 

Voici le cheval de cauchemar, une créature que j’ai décidé d’analyser car c’est avec elle que j’ai commencé ma carrière de Magic, que c’est une créature terriblement forte et aussi parce que j’ai une attirance inconditionnelle pour tout ce qui entour les ténèbres et le mal (je vous rassure ma nature est relativement joviale).

Pour comprendre tout ce qui entour cette carte, je vais vous transmettre tout ce qu’il y a à savoir sur cette créature mythique, de sa jouabilité à son côté FUN.

A tous ceux qui auraient des doutes vis-à-vis de cette carte, voici comment l’aimer et l’apprécier. Nous verrons ses capacités, ses combos possibles ainsi que son origine et pourquoi elle me plait et pourquoi elle peut vous plaire.

 A chaque fin de partie, il y a l’ajout d’un conseil que vous pourrez suivre ou non en fonction de vos goûts et/ou de votre expérience.

Donc bonne lecture et à tout de suite !

 

II .PRESENTATION DE LA CARTE :

 

Le cheval de cauchemar est une créature noire de l’édition de base qui fut et est encore la source de bien des problèmes.

Cette créature est dotée de plusieurs capacités qui la rendent terrible et la classe sans hésitation dans la classe des THONS REELS !!!

Faisons place à l’argumentation :

 

 Par exemple, le cheval de cauchemar dispose d’une capacité statique qui est d’avoir une force et une endurance chacune égale au nombre de marais que l’on contrôle.

On en déduit que si on le joue de manière normale (sans accélérateurs de manas) il arrive en jeu au sixième tour si tout s’est déroulé normalement. Donc il arrive en jeu en tant que 6/6, à condition qu'on joue mononoir (dans le cas contraire, il arriverait en jeu probablement plus faible).

Cette capacité en fait effectivement un Thon puisqu’il peut arriver en jeu en tant que 6/6 comme en tant que 8/8 voir plus.

Il n’y a de limite à sa puissance naturelle que du nombre de marais que l’on contrôle, toutefois, sachez que cette capacité fonctionne aussi à l’envers….

Ce qui signifie qu’il peut devenir plus faible comme 3/3, 2/2 voir 0/0 en fonction du deck contre lequel vous jouez.

 

Malgré les dernières cartes assez motivantes et attirantes, sachez que des cartes telles que armaguédon ainsi que les casse lands sont encore d’actualité.

Donc pour remédier à ce genre de problèmes, il suffira de combiner le cheval de cauchemar avec des cartes de boost ou de protection, ou encore de jouer plus sur la structure et de le combiner avec des cartes d’artefact comme creuset des mondes dans l’extension Mirrodin ou de jouer des cartes de réanimation de lands. Ces cartes sont rares en noir certes mais ont tout de même une existence. C’est à vous de gérer ce genre de situation car c’est votre deck,

Ceci est vu comme un conseil car une bonne carte c’est bien mais aucune n’est invincible et donc il faut leur trouver des affinités de manière à les conserver pour en faire de bonnes défenses ou au contraire de redoutables attaquants. Vous êtes seuls juges de ce que vous jouerez pour améliorer son ensemble et c’est là que repose toute la subtilité de Magic, le montage et la stratégie.

Ensuite, le cheval de cauchemar est doté d’une capacité appelée capacité d’évasion : le vol.

Le fait que cette créature bénéficie du vol la rend plus redoutable qu’à la normale puisqu’elle sera plus difficile à bloquer et donc nécessitera une défense plus structurée ou plus réfléchie de la part de l’adversaire car il ne s’attendra pas à se trouver en face de cette créature aussi basique soit-elle.

Cette faculté de voler peut avoir 2 rôles essentiels :

_Passer la défense adverse et cogner très fort sur l’adversaire.

_Le priver d’une créature volante qu’il aurait choisie pour bloquer à ce moment là et donc sera le dernier obstacle pour le cheval qui assènera un coup fatal à celui d’en face ou qui laissera sa place à un autre exemplaire si son sacrifice c’est avéré nécessaire de toute manière, vous jouerez d’autres créatures dans votre deck car le cheval ne doit en aucun cas en être le seul Kill !!!!

D’autre part, il existe des créatures qui ne sont pas dotées du vol mais qui peuvent bloquer comme si elles l’avaient et c’est notamment le cas des araignées et des archers.

Dans ce genre de situation, les conséquences sont multiples et déplaisantes :

_Soit votre attaque sera bloquée et donc l’adversaire aura plus d’aisance à vous infliger des dégâts supplémentaires.

_ Soit ses bloqueurs auront la fâcheuse tendance à expédier votre cheval au cimetière, car il n’y a pas de limite au nombre de bloqueurs pour bloquer le cheval de cauchemar et de plus, les créatures de ce type ont dans la majorité du temps une endurance importante.

 Voici deux exemples qui me semblent être bien dangereux dans leur genre :

 

      peuvent bloquer le vol!

 

Mais pas de panique car comme promis,  voici quelques conseils utiles pour éviter de perdre votre créature tout en piégeant l’adversaire à votre tour :

 _Il existe un nombre encore que peu mesuré de cartes d’anti- créatures pour vous débarrasser

de tous ces gêneurs en tout genre et minimiser les divers dangers qu’ils représentent.

On cite d’ailleurs des cartes comme arracher la chair, terreur, ombre affamée obscur bannissement et pour un nettoyage complet, les cartes appelées infestation (carnage), massacre (Némésis), rire atroce (champions de Kamigawa) et encore d’autres plus chères mais, radicales comme vent de peste, maléfice hexagonal ou extinction.

Vous ne devez reculer devant rien pour gagner, tous les coups sont permis et surtout, pas de pitié.

Ces cartes ont l’avantage de n’affecter que l’adversaire car votre cheval de cauchemar aura une endurance importante et donc il pourra attaquer l’adversaire tranquillement.

Celui-ci sera déstabilisé car il ne saura pas comment réagir et il sera déstabilisé aussi pour avoir perdu toutes ses créatures en un seul tour.

Voilà pour ce qui concerne la partie offensive de cette rubrique.

 

Maintenant que l’on a exploré ce thème, nous allons nous attaquer à la défense du cheval.

Le terme de « défense pure » vient surtout du fait que vos créatures en général doivent être protégées des sorts adverses, car vous n’êtes pas les seuls à pouvoir en lancer , les cartes précédemment citées seront peut-être dans le deck d’en face ,qui sait.

Donc pour en revenir,  il existe aussi un nombre de cartes assez impressionnant pour tout ce qui concerne la défense, vous me direz qu’elles sont rares en noir, mais pas aussi rares qu’on le croit et de toute façon, on se concentrera plus sur les équipements que sur les sorts.

Je cite d’ailleurs de bons exemples qui ont fait la gloire de Magic qui ne peuvent être que :

 

 Jambière d’éclaires :

                                                                                                                                                               

 

Cet équipement est apparut dans l’édition Mirrodin. Qui ne coûte que deux manas et 0 pour l’équipement, cela en fait un artefact redoutable. De plus, cet équipement donne la faculté d’être non ciblable et en plus donne la célérité donc on ne peut guère en rajouter.

 

Kabuto de général :

Un équipement qui a est arrivé en Kamigawa  qui rend inciblable et prévient les éventuelles blessures que la créature équipée pourrait subir…

 

Cape de frémisoie :

 la créature équipée ne peut pas être la cible de sorts ou de capacités et est imblocable. Idéal dans les deux thèmes abordés.

 

Sinon nous bénéficierons de bons sorts d’éphémères qui pareront les éventuels blasts et autres cartes déplaisantes :

 

Obscurité :

prévenez toutes les blessures de combat qui pourraient être infligées ce tour-ci.

 

 Hymne funèbre Kor :

 On redirige les blessures infligées à une créature sur une autre créature que l’on contrôle.

 

Anéantir les espoirs :

 contrecarrez le sort ciblé à moins que son contrôleur ne perde 5 PV.

 Radicale pour contrecarrer un sort adverse ou lui faire perdre des points de vie.

 

Voilà, à présent que vous avez des idées nouvelles, que ce soit pour le cheval ou pour autre chose, vous savez ce que vous devez choisir dans ces situations.

Sachez tout de même que les cartes que vous recherchez sont disponibles sur ce site et que tout le monde ou presque y a accès si vous ne les avez pas déjà.

 

 

III .DECKS POUVANT UTILISER LE CHEVAL DE CAUCHEMAR :

 

A) Decks acclimatés au cheval de cauchemar :

 

Le cheval de cauchemar est compatible avec toute sorte de decks mono noir. Aussi bien dans le contrôle que dans l’aggro (si, si) et d’autres qui seront inspirés ou déjà présents.

Dans le mono noir, il y a plusieurs thèmes qui ont tous leur particularité propre de manière à tuer  à chaque fois d’une nouvelle façon, avoir des deck de serials killer n’avance à rien car cela gâche l’esprit de magic qui se base sur la structure et la stratégie et cela devient monotone au point de nous dégoûter du jeu lui-même.

Au cas où vous voudriez avoir un exemple, voici des decks que j’ai transmis à mon analyse pour que cela vous donne une idée quant à la structure du votre :

Ce deck vient de la base de données des decks et a été créé par celui qui porte le pseudo tioned1990.

Créatures :Side :
2 Assassin royal3 Pierre de l’oubli
2 Cheval de cauchemar3 échange sanglant
2 Abomination perverse4 Peste
4 Rats voraces4 Obscur bannissement
1 Sang des innocents
Sorts :
2 Décret de souffrance
2 Fouet de cauchemar
2 Lentille extra planaire4 Contrainte
4 Thérapie de la coterie3 Sang des innocents
3 Absorption de l’esprit4 Terreur
Terrains : 22 marais

Courte explication :

Ce deck rassemble un nombre de sorts plus important que de créatures.

Le but de ce jeu est de tuer de 3 manières, avec le cheval de cauchemar en combo avec le fouet de cauchemar et l’abomination perverse.

Ou de tuer avec les absorptions de l’esprit qui amplifieront le drainage par la présence des lentilles et du nombre de manas joués.

Ensuite, vient la partie défensive, elle concerne toutes les cartes d’anti-créatures. Certaines feront du mal aux deux joueurs mais vu que le nombre de créature est restreint de son côté, cela blessera surtout l’adversaire.

Il y a aussi les cartes telles que contrainte et thérapie de la coterie qui sont jouées ensemble pour vider la main adverse et le priver de tout ce qui entravera les différentes manières de tuer du deck.

 

Et voici un second exemple qui est de ma conception :

Créatures :Sorts :
3 Haakon, plaie de stromgald4 Charme funéraire
4 Chevalier noir4 Etouffer
4 Chevalier de stromgald3 Fouet de cauchemar
4 Croisé de stromgald4 Force impie
2 Chevalier en maraude2 Damnation
3 Cheval de cauchemar3 Arracher la chair
Terrains :Side :
19Marais4 Ombre de Kiku
3 Urbord, tombe de Yaugzebul3 Lune blafarde
4 Contrainte4 [Carte inconnue]

Une seconde courte explication :

Ce deck est le deck typique de l’anti-blanc. Son fonctionnement est aussi simple que le mono blanc qui a donné lieu à de nombreuses défaites.

Le but est d’attaquer l’adversaire avec une puissance supérieur en nombre ou une puissance concentrée en un seul point. Le cheval de cauchemar est tout à fait acclimaté au deck car tout bon chevalier doit avoir une monture et il faut bien qu’il y ait un gros thon également.

Tout en sachant que les créatures dont on dispose peuvent se booster et devenir assez grosse en quelques tours…

 

B )Les différentes portes que peut ouvrir la combinaison entre Urborg tombe de Yaugzebul et le cheval de cauchemar :

 

Ce qui rend le cheval de cauchemar jouable, c’est surtout pour son fonctionnement simple qui ne requière pas beaucoup d’expérience à ce jeu est abordable par tout le monde. Ce qui fait sa qualité vient aussi du fait qu’il est à la fois puissant et facile à manipuler. Bien sûr il ne faut pas oublier ses aléas ainsi que ses faiblesses mais on ne doit pas se focaliser sur ce qu’on a pas mais plutôt se concentrer sur ce qu’on peut obtenir.

D’autre part, ce qui renforce encore plus la fonction du cheval est la présence de Urborg, tombe de Yaugzebul qui a été édité en Chaos planaire.

C’est un terrain qui fait de tous les terrains en jeu des marais en plus de leurs autres types.

 

Cette carte donnera et aura 3 rôles cruciaux dans les jeux où elle est présente :

 

_Déjà, tous les terrains qui sont devenus des marais vont pouvoir empêcher une colore death dans les jeux noir/blanc, noir/bleu, noir/vert et noir/rouge en cas de rupture de stock de noir car c’est en général la base du kill du deck.

_ Le + est que de cette manière, vous pourrez intégrer le cheval de cauchemar comme Kill secondaire du jeu, il ne sera pas altéré tant que Urborg est en jeu et aura conservé toute la puissance qu’il aurait eu dans un mono noir.

_Pour finir, ce terrain donnera à vos terrains non base la possibilité de fonctionner en tant que marais, ce qui annule les effets obligatoires par l’intermédiaires de marqueurs « charge » et d’autres capacités contraignantes .

 

Le cheval de cauchemar sera jouable dans presque tous les decks bicolore qui rassemblent le noir et une autre couleur. Ce qui fait qu’il sera toujours aussi agressif et conservera l’ensemble de ses capacités tant que Urborg sera en jeu.

Il bénéficiera d’une seconde capacité statique, la traversée des marais qu’il faudra lui procurer par l’intermédiaire de cartes de créatures ou de sorts :

 

Rite selon leshrac :

 

Pour un mana, la créature enchantée acquière la traversée des marais.

 

Charme funéraire : 

 

Une carte d’éphémère qui offre plusieurs possibilités d’effets dont la traversée des marais.

 

La souillure :

 

Tant qu’elle est dans votre cimetière, toutes les créatures que vous contrôlées ont la traversée des marais. Il suffira de la mettre sur le front pour qu’elle soit tuée par un sort ou une capacité adverse, la tuer nous-même avec l’aide d’un sort ou d’une capacité ou s’en défausser par un effet quelconque.

 

Le (-) :

 

L’adversaire pourra utiliser des cartes de contrôle de créatures en bleu, en noir et en rouge.

Ceci est un problème car il bénéficiera des toutes les qualités du cheval de cauchemar s’il ne jouait que peu ou pas du tout en noir.

De plus, Urborg n’est pas indestructible donc le cheval risque de perdre énormément en puissance face à un deck se basant sur le casse land ou en comportant plusieurs.

 

Voici des exemples de cartes de ce type :

 

Chuchotement krovois :

vous contrôlez la créature enchantée, si cet enchantement va au cimetière,vous perdez 2PV pour chaque marqueur âge sur cet enchantement (entretient cumulatif).

 

Saisie des rennes :

 

acquérez le contrôle de la créature ciblée, elle gagne la célérité jusqu'à la fin du tour/ou sacrifiez une créature et elle inflige un nombre de blessures à une cible égal à sa force.

 

Pulsion traître :

 

Choissez une carte de créature dans la main adverse et mettez-la sous votre contrôle,elle a la célérité, sacrifiez-la à la fin du tour.

______________________________________________________________________________________________________

Et comme casse land :

 Pluie de pierre

Feu dévastateur

Pluie caustique

Ou tout simplement, un boomerang

 

Ces cartes sont un réel danger dans la mesure où on sait que le cheval ainsi que tous les permanents que vous contrôlez peuvent être les cibles de ce genre de sorts…

 

Comme toujours, voici un conseil :

Si vous débutez, que vous ne vous sentez pas au point ou que vous ne disposez pas des cartes nécessaires, je vous conseille de ne pas jouer le cheval de cauchemar en dehors d’un deck noir pur car vous rencontrerez tous les aléas causés par la technique adverse ou  vous ferez trop souvent des manas ou colore death et serez battu par votre propre stratégie, de ce fait, vous serez à la merci de toute forme d’agression adverse.

En ce qui concerne les autres, les decks qui selon moi sont les plus faciles à manier el les plus facile à combiner avec le cheval de cauchemar sont les decks bicolores du Cycle de Ravnica.

Ces decks sont célèbres pour leur jouabilité, les affinités que les créatures ont entre elles ainsi que des divers bilands qui y ont été édités.

 

Noir/blanc Orzhova :

Orzhova a est un deck de l’édition Pacte des guildes. Ce deck renferme un certain nombre de créatures relativement simple à jouer selon leur coût de mana ou leurs qualités en tant que combattantes.

J’ai choisi ce deck pour y intégrer le cheval de cauchemar pour deux raisons :

Ce deck est rempli de créatures qui auront pour la plupart un rapport tout à fait utile avec le cheval. De plus, ces créatures contribueront à le rendre plus fort ou plus résistant face à l’adversité.

Ensuite, les créatures ainsi que les sorts ont un coup assez restreint en dehors de l’ange de désespoir ce qui signifie donc que le cheval de cauchemar y sera le bienvenu en tant que kill secondaire.

Compte tenu de ces deux arguments, le cheval est tout à fait intégrable dans ce deck pour ses qualités et sa ressemblance avec le thème du jeu.

Bien sûr, il vous faudra un nombre minimum d’exemplaires du cheval de cauchemar, 2 donc feront l’affaire.

L’une des principales raisons qui fait que l’on peut intégrer le cheval pour une courte liste de risque vient aussi du fait que le deck peut apporter au cheval bien plus que le cheval peut apporter au deck, cette affirmation vient du fait qu’il y a présence de bonnes créatures telles que le pontife d’ Orzhov ainsi que de Rusalka pestiférée qui son t des créatures de choix pour ce deck  et cette alliance qui peut naître entre eux.

Notez tout de même et sans l’oublier que vous devez jouer Urborg  si vous tenez à jouer le cheval car sans Urborg, il pourrait ne devenir qu’une pauvre créature  avec un potentiel parfois inférieur à 3 en attaque et en défense.

Le noir joue un rôle relativement important dans ce deck donc Urborg sera intégré pour une raison raison.

Remarque : vous intégrez le cheval de cauchemar surtout parce que vous jugez qu’il est utile et qu’il apportera quelque chose au fonctionnement du deck, et n’oubliez pas que si le cœur vous dit de le jouer, ce sera surtout pour le FUN.

Vous focaliser sur une carte parce qu’elle est bonne est un erreur très grossière et dangereuse pour la suite des évènements car vous aurez basé toute votre stratégie sur elle et vous serez refait si vous ne l’avez pas ou  tardivement.

 

Deck noir/vert Golgaris :

Contrairement à l’exemple précédent, le cheval de cauchemar est une carte qui y sera intégré avec plus de facilité.

Dans ce jeu, on disposera de cartes visant à aller chercher des terrains en vert, et des accélérateurs de mana ou de pioche éventuelles pour faire venir plus vite votre créature fétiche.

Cherchauloin, croissance luxuriante et portée du Kodama sont de bons exemples, ils ne pourront cependant pas aller chercher Urborg faute de capacité limitée mais aller récupérer quelques marais est plaisant surtout si vous avez le cheval en main ou qu’il est en jeu pour le rendre plus fort sans utiliser de cartes particulières mais il existe une carte qui pourra aller chercher Urborg, il s’agit du regard sylvestre en Mirrodin.

Il faut savoir que même si le cheval n’est qu’une 4/4/ ou 5/5 ne pose pas de gros problèmes car il frappera assez fort sur l’adversaire et en plus pourra être boosté par les divers cartes vertes prévues à cet effet :

 

Croissance gigantesque.

 éphémère: la créature ciblée gagne +3/+3.

Cape de moisevigne.

 La créature enchantée gagne +3/+3.

Et armure de bois blanc.

  La créature enchantée gagne +1/+1 pour chaque forêt que vous contrôlez.

Urborg devra évidemment être présent aussi dans ce deck si le cheval y est et pour les mêmes raisons citée dans le deck précédent. De plus, ce deck est un bon exemple en ce qui concerne le kill puisqu’il compte dans sa liste le scarabée cénotaphe ou Savra reine des Golgaris, il y a aussi les petites créatures à ne pas mettre de côté car elles auront leur part de rôle dans ce jeu (les elfes, les zombies, les guildemages…).

Même si le cheval n’est pas très utile ou puissant dans ce deck, il possède toujours le vol et reste donc dans les favoris au niveau de l’attaque ou la défense, et de toute façon, on bénéficiera de cartes d’anti-créatures telles que Putréfier, expiration, arracher la chair…

 

Conseil : ces propositions sont bien entendu des théories ou des conseils mais en aucun cas des obligations car mon but est de vous ouvrir les yeux sur cette carte et ses multiples facettes mais pas pour vous l’imposer comme idée révolutionnaire. Vous êtes seul maître de votre deck…

 

Deck noir /bleu Dimir attaque :

L’un des decks de Ravnica les plus agressifs.

Il y a deux thèmes relatifs à sa jouabilité qui sont la meule et la défausse.

_La meule vient d’une carte appelée meule dans l’édition de base. C’est le phénomène qui se produit lorsque l’on oblige un joueur à envoyer directement les cartes de sa bibliothèque dans son cimetière.

 

_La défausse est un thème mythique de magic, cela consiste à obliger un joueur à se débarrasser des cartes qu’il a en main, celui–ci sera alors débusqué littéralement par deux force qui l’empêcheront de jouer normalement mais pas de riposter.

Dans ce deck, il n’y a pas de créatures imposantes en force mais qui jouent sur les qualités de la stratégie, un peu comme le pouvoir de l’esprit sur la force.

Donc, le cheval y trouvera une place en tant que défenseur ou attaquant potentiel, pour le jouer, on n’oublie pas sa carte fétiche, Urborg, mais même sans lui, le deck fonctionne bien et méchamment dans son ensemble, le cheval est donc à nouveau un kill secondaire mais qui est joué pour ses qualité de combat.

De plus, le fait de jouer Urborg, tombe de Yaugzebul permettra de jouer avec une aisance éventuellement plus élevée les cartes qui rassemblent surtout le noir comme :

 

      Circu, lobotomiste Dimir            Sadeck seigneur des secrets          Aperçut de l’inimaginable             Doppelganger dimir :

 

 

Le cheval jouera sur l’attaque ou la défense dans la mesure où vous jouerez des contre sorts bien choisis et impossible ou non à parer pour assurer votre protection et celle de votre ami.

Pour en plus jouer Urborg et le cheval, n’oubliez pas que la pioche est très présente en bleu et donc fourni un réel avantage dans le domaine de la vitesse et de la puissance par la disposition de bonnes cartes dès les premiers tours.

 

Noir/rouge Rakdos :

Cette fois, il est temps d’aborder le réel sens de l’expression gros calibre car ce deck joue énormément sur la puissance de créatures aussi redoutables les une que les autres.

Comme le montre le titre, on devine que c’est Rakdos le contaminateur qui est à la tête de cette Guilde des ténèbres et du feu.

Ce deck va laisser une place avec une aisance rare car on se basera plus sur le côté offensif que défensif. Bien sûr, il est de mise de ne pas omettre Urborg qui aura sensiblement les mêmes fonctions que dans les autres deck cités précédemment.

Etant donné que ce deck rassemble des cartes de blastes en grand nombre, il sera très agressif et il est possible que le cheval arrive en jeu sans avoir à y faire quoique ce soit, de plus, ce jeu concentre des anti-terrains et anti-créatures assez efficaces dans leur genre.

Donc, on en conclus sans hésitation que le cheval de cauchemar sera le bienvenu car il ne sera pas le seul kill du deck mais sera plutôt et comme d’habitude là pour le côté FUN.

 

Conseil final de cette partie :

 

Le cheval de cauchemar est en conclusion intégrable à tous ces decks de manière peu gênante,

Il aura une place et sera aussi un bon kill dans le deck.

 Comme je l’ai dit, vous ne devez pas vous focaliser sur sa présence sous prétexte que c’est votre carte préférée ou que je vous l’ai suggéré. J’ai voulu simplement montrer à tous les lecteurs que le cheval de cauchemar offre un bon nombre de combos avec d’autres couleurs et propose d’ouvrir des portes qui n’ont jamais existée. Quand on regarde tout ce qui concerne le cheval de cauchemar, sur le bien et le mal, cela tient sur un timbre poste donc c’est à vous de jouer, une pièce a deux faces et une rose cache bien ses épines donc méfiez-vous…

Et très [...] important pour les joueurs qui lisent cette analyse, j’ai proposé ces decks car ils rassemblent des créatures aux vertus attrayantes ainsi qu’une base de mana satisfaisante.

Mais quand on y réfléchit, vous pouvez faire vos propre decks bicolores pour y intégrer le cheval de cauchemar. Cela a été proposé plus particulièrement pour les manas aux multiples couleurs ainsi que la présence des précepteurs en noir :

Précepteur démoniaque

Précepteur vampirique

Précepteur infernal

Et d’autres qui sont présents dans la liste de cartes du site.

Bien que basiques, ces cartes permettront notamment de mettre en place la combo entre le cheval de cauchemar avec Urborg, Tombe de Yaugzebul si vous la jouez.

 

 

IV .Combos envisageables :

 

Dans cette partie, je vais vous proposer divers combos qui feront un retour sur le thème du mono noir. Celles-ci sont personnelles et/ou inspirées de decks ou de combos présentent dans la base de donnée. Cela vous montrera comment réagir en fonction de situations bien spécifiques si vous avez de bonnes cartes à jouer.

 

La règle des 3 « P » :

Prévoir

Protéger

Péter la tête de l’adversaire.

 

                                                                   A)    Cheval de cauchemar + fouet de cauchemar.

 

 

Le fouet de cauchemar fait gagner (+1/+1) à la créature qu’il équipe pour chaque marais que l’on contrôle.

Comme ici, il s’agit du cheval de cauchemar, son pouvoir sera bien entendu doublé et le rendra plus fort.

Cette combo a aussi un second effet, si vous êtes confronté à un deck anti-land, cela servira à minimiser les effets néfastes de cette perte en puissance que subira le cheval, car même si vous ne disposez que de 3 marais, il sera tout de même et restera une bonne 6/6 voir plus.

Si aucun de ces cas ne se produit et que vous êtes face à un deck dit standard dont le but est de gagner, votre cheval de cauchemar sera au meilleur de sa forme  avec un immense potentiel offensif, c’est pour cela qu’il sera  qualifié de vrai  thon dans cette situation.

 

                    B)    Cheval de cauchemar + Urborg, tombe Yaugzebul + charme funéraire + cape frémisoie.

 

 

Cette combo relie le cheval à la capacité d’être imblocable avec une méthode en particulier ou une autre qui peut s’avérer plus efficace et apporter un supplément de techniques au cheval de cauchemar.

Déjà, si le cheval de cauchemar est en jeu avec Urborg, tombe de Yaugzebul, cela voudra dire que tous les terrains sont devenus des marais et que maintenant, il faut faire en sorte que votre créature soit imblocable.

Il y a plusieurs solutions pour cela :

_Vous pouvez utiliser la carte appelée charme funéraire qui propose plusieurs alternatives lors du moment où il est joué.

_Vous avez le choix entre, une créature gagne +2/-1 ce qui signifie que vous pouvez jouer cette carte en réponse d’une phase de blocage adverse si celui-ci compte bloquer avec une petite créature (1/1, 3/1).

_Vous pourrez faire en sorte que l’adversaire se défausse d’une carte qui aurait pu donner la possibilité à une de ses créatures de voler ou de jouer une carte comme Rideau de lumière en libérateur de kamagawa.

_Ou encore de donner la traversée des marais au cheval de cauchemar si votre adversaire joue en noir ou si Urborg est en jeu.

   Votre cheval peut donc être imblocable dans toutes ces situations, le (+) avec le charme   funéraire est qu’il vous offre plusieurs propositions qui peuvent toutes marcher ou se compenser les unes et les autres.

Dans la seconde partie de cette combo, vous pouvez faire en sorte que le cheval de cauchemar soit complètement imblocable par l’intermédiaire de la cape de frémisoie et de ce fait devienne une créature de choix pour la phase d’attaque.

De plus, grâce à la cape de frémisoie, il sera immunisé contre toute forme de sorts ou de capacités qui réclament une cible donc cela le rend également insensible aux cartes comme lumière dévorante, rendre la pareil ou putréfier.

Bien sûr, la cape est destructible mais d’ici à ce qu’elle soit détruite, le cheval de cauchemar aura eu le temps de frapper assez fort, tout en sachant que même sans elle, vous pourrez toujours vous référer à la première partie de la combo.

 

                                                C)    Bâton de pérégrin + Cheval de cauchemar + Damnation.

 

 

Comme vous avez dû le deviner, le but de cette combo repose sur le principe que si la situation est désespérée, vous aurez le devoir de jouer la damnation (chaos planaire) pour vous débarrasser de tout ce qui gêne.

Mais puisqu’on peut pousser le vice très loin, vous pourrez jouer le bâton de pérégrin pour protéger votre créature de la colère de Satan (pas mal comme nom pour cette carte) et donc la faire revenir en fin de tour.

Très personnellement, cela m’étonnerait que votre adversaire ait le temps de se reconstituer un bataillon et donc lors de votre tour, votre créature fétiche assènera un coup redoutable voir mortel à votre adversaire.

 

                                                  D) Cheval de cauchemar + chevaucheur coursier des brumes.

 

 

Cette combo propose d’inclure une troisième façon de rendre le cheval de cauchemar imblocable ainsi que de lui donner une seconde capacité, la peur.

A chaque fois que le chevaucheur coursier des brumes (pacte des guildes) attaque, toutes les créatures attaquantes acquièrent la peur jusqu’à la fin du tour, le cheval de cauchemar ainsi que les autres créatures que vous contrôlerez seront donc imblocable face à un jeu non noir.

Cette combo n’est pas infaillible mais elle donne un réel (+) au cheval de cauchemar, vous admettrez que la peur a mis fin à de nombreuses partie…

 

 

[edit fastgic : j'ai pris la liberté de supprimer les deux dernières associations car elles ne me paraissaient pas utiles (la première est un cas trop rare, la seconde une utilisation trop basique des deux cartes) ]

Conseil explicatif :

Ces combos sont toutes fondées pour avoir une alternative ou propose un nombre de choix intéressants de manière à ce que défense et attaque figurent dans chaque exemple et qu’on ait plusieurs solution pour remporter une partie ou pour combattre l’adversité.

 

Conclusion N°1 :

 

 Le cheval de cauchemar est une créature basic mais dont les capacités peuvent être améliorées pour en faire une machine de guerre.

Cette explication aura servie à montrer comment le jouer, inspirera éventuellement certains decks et donnera des idées plus ou moins structurées aux lecteurs.

En ce qui me concerne, cela m’a permis de faire le point sur la façon de prendre l’avantage et d’apprendre à aimer une carte même si personne ne semble l’utiliser en Type 2.

Si j’ai voulu vous soumettre cette analyse, c’est parce que personne ne semble l’avoir fait et que toute carte aussi négligée soit-elle mérite sa place sur le podium.

Quand à vous chers lecteurs, notez que puisque le mono noir est très à la mode, il se peut que le cheval de cauchemar refasse une entre fracassante et que vous l’ayez en face de vous plus souvent que vous ne le croyez !

 

 

 

TOUT CE QUI ENTOUR LA CARTE :

 

Vous avez été courageux d’arriver jusqu’à cette partie alors votre récompense est de connaître la vérité en ce qui concerne cette carte, de son côté FUN à ses origines.

 

I .INTRODUCTION :

 

Maintenant que vous en savez plus sur cette créature si imprévisible, nous allons à présent découvrir tout ce qui la concerne en dehors de sa jouabilité mais plus sur son aspect esthétique.

 Nous procéderons à une étude de l’environnement, de l’expression, du décor, des dessinateurs et de ses versions entant que représentations de son origine à aujourd’hui.

 

 

II .LE DESSIN :

 

A)    L’ancien dessin :

 

 

1 ) Origines :

 

Le cheval de cauchemar sous cette forme est apparut pour la première fois dans les éditions ALPHA/BETA entre 1993 et 1994.

Il fut « publié » sous cette forme par l’intermédiaire de la célèbre dessinatrice Melissa A. BENSON qui d’autres filles dans la filière art/musique/équitation.

 "Melissa A. BENSON".

 

 

Comment la sait-on ?

Cet aspect et ces traits qui apparaissent sur le cheval de cauchemar sous son ancienne forme sont typiques du style féminin, de plus, les filles ont une attirance naturelle et prononcée pour les couleurs chaudes comme le rouge, le orange, le jaune… 

 

Voici pour ceux que cela intéresse une courte info sur Melissa et de sa participation à la création de plusieurs cartes Magic :

 

Melissa A. BENSON : Métier : dessinatrice.

 

Melissa est une artiste qui s’est toujours consacrée au dessin et à la musique. Melissa a travaillé pour de nombreuses entreprises d’art graphique ou de marketing : Titan SPORT (WWF), des éditeurs de livres (dessin de couverture et illustration de chapitres et de l’histoire) et pour une entreprise de haute couture animée par un costumier – posticher et est surtout connue pour son investigation dans l’industrie et l’illustration des cartes à jouer notamment chez Magic the gathering et Juhad (connais pas) par l’intermédiaire Wizards of the coast .

Elle a exposé ses œuvres à la galerie d’art Tepper à New York, à l’institut de Seattle et à la galerie des beaux arts de Willow.

 

Cette info se trouve sur GOOGLE.fr, il suffit de taper Melissa A. BENSON pour tomber sur sa biographie. Cependant, on s’intéresse à sa création qui est le cheval de cauchemar et pas ce qu’elle a pu accomplir ,pour dire la vérité, ces infos donne un plus en ce qui concerne les sources de recherches de cette analyse, d’ailleurs, je vous propose une bibliographie avec les sites….

 

 

2) Retour au dessin :

 

Pour en revenir au dessin, cette version du cheval de cauchemar lui donne une très grande élégance avec les flammes dont il est nimbé. Le fait qu’il soit entouré de ces flammes donne une expression de créature infernale venue chercher quiconque la contemple.

Cette affirmation vous rappel sans doute le légende du cavalier de l’enfer dans le film Sleepy HOLLOW réalisé en 2000 par Tim BURTON.

 

 

 Sleepy Hollow, la légende du cavalier des enfers.

 

Un cheval a toujours eu quelque chose qui le rendait noble, beau, gracieux, et impressionnant.

Cet effet de caractère noble et de grandeur est renforcé par le fait qu’il nous fait face comme pour imposer une résistance face à son contrôleur, une technique sans doute destinée à montrer en lui une créature peu commode. Au niveau du dessin et en seconde partie, on a l’impression que le cheval de cauchemar va sortie de la carte et que le cadre qui l’entour est une porte vers un monde qui est le sien. Il procure une phobie minime en ce qui concerne la peur du feu ou la peur de tout ce qui est grand et donc possède vraiment quelque chose de fantastique.

La noblesse a de tout temps été représenté par un immense cheval portant sur son dos un représentant des hautes figures de notre monde même si cette technique a été abandonnée.

Ce fut le cas pour plusieurs empereurs des deuxièmes et troisièmes républiques.

 

  Napoléon,empereur de la troisième république.

 

III .CONCLUSION N°4:

 

J’ai toujours aimé ce dessin car il m’apporte beaucoup rien que par son côté esthétique + que son côté FUN. Une belle créature est une fierté en soi car elle nous donne une grande confiance sans qu’on se prenne pour un joueur hors paire.

Il a été souvent stimulant de combattre aux côtés représentés de la noblesse même si certaines personnes ne voient pas le cheval de cauchemar comme cela.

Cependant, j’attribue un mauvais point à cette version car le feu ainsi que la beauté dont il fait preuve sont des éléments contradictoires à son nom.

Malgré cela, avec son pouvoir immense et son côté si attractif le placent dans la liste des créatures les plus aimées de son époque.

 

B)    Le « nouveau » dessin :

 

 

1)      origines :

« Nouveau » est un terme un peu exagéré puisque cette version est apparue dans la 7ième édition et qu’on la gardé jusqu’en 9ième.

Ce fut cette fois le dessinateur Carl CRITCHLOW, qui réalisa cette seconde version du cheval de cauchemar, je n’ai hélas pas d’information particulière sur ce dessinateur mais j’ai réussi à obtenir plusieurs dessins de Carl qui ont comme ce cheval de cauchemar un aspect de grandeur et de puissance dans le sens force et inquiétude :

 

(colosse de sombracier, gorille de beringeï, forme du dragon, paladin de l’est et de l’ouest, déterement et Silvos).

 

Toutes les cartes qu’il dessine ont air de supériorité et ont quasiment toutes l’air puissantes et/ou menaçantes, cet effet est reflété par les cartes elle-même :

 

                                                                           

 

 

_Le colosse de sombracier est vu du dessous, il est gigantesque, porte un nom (colosse) qui rappel les titans de l’antiquité et est indestructible selon la règle dont il est équipé.

 

_Le gorille attaque par une charge de fureur et de puissance et est armé d’armes aussi puissantes que terribles, de plus, c’est un tour 1 redoutable.

 

_La forme du dragon représente l’une des créatures ayant posée les plus de questions quant à son existence jusqu’à une légende faisant rêver tous ceux qui l’entendent.

 

_Les paladins ont de tout temps eu une réputation de glorieux personnages, ils furent généreux et sociaux et parfois cruels et inhumains…

 

_Déterrement, revenir à la vie n’est accordé qu’à quelques élus choisi par une force divine pour ses qualités ou son habilité à semer le mal.

_Puis Silvos l’élémental solitaire qui vit dans un collisé dont il est le champion glorieux et invincible.

 

2)      Etude du dessin :

Concentrons-nous à présent sur le dessin, le cheval de cauchemar a un côté moins provocateur que son ancêtre mais un côté qui joue plus sur une sorte de mépris.

Pour expliquer, le cheval de cauchemar semble nous fuir au lieu de nous faire face comme pour nous dire qu’on doit le mériter et c’est une des nombreuses méthodes utilisées pour valoriser cette créature en revanche, cela permet de le contempler de tout son long et de le voir sous une forme tout aussi impressionnante que pour le précédent.

Quand le temps a passé de l’ancienne version à la nouvelle (1999 à 2001, c’est là qu’il a changé), le regard du cheval de cauchemar c’est éclairci ne laissant toutefois qu’une infime part de lumière.

Les yeux blanc sont un signe typique de la mort ou de l’horreur car cette fois-ci, les couleurs de son corps sont plus acclimatées les unes avec les autres, ci que défini bien l’opposition qu’il a avec son ancêtre.

Du coup, il a perdu son caractère noble est s’est laissé envahir par les ténèbres pour devenir bien plus cauchemardesque. La magnifique crinière de feu qui faisait toute sa fierté s’est éteinte pour donner lieu à la place à des lambeaux de poils carbonisés.

De ce fait, il est devenu plus fidèle à son nom car il est vraiment laid. Son corps s’est également assombrit et amaigrit pour faire ressortie ses os et ses muscles et incarne réellement une créature de nos cauchemars. Cette transformation nous rappel Geryon, le destrier légendaire de nombreux héros qui a combattu aux côtés de son maître qui fut tué par un démon.

 Quand il décida d’exploiter les pouvoirs du démon pour les retourner contre lui, il est devenu à son tour maléfique.

Je l’ai choisi car il a une certaine ressemblance avec le cheval de cauchemar, et ont tout deux eu un passé lié à la gloire puis à la corruption par les force du mal.

 

   Geryon, ancien destrier des héros.

 

 

IV .CONCLUSIO N°3, pourquoi on l’aime et ce qu’il représente en tant que FUNcard :

 

Les joueurs de tout temps ont aimés ce dessin car ils arborent le noir et le mal.

En fait, pour être plus exact, les joueurs sont à la recherche de quelque chose qui fait mal et qui fait peur, or le noir est tout à fait recommandé pour cela.

L’aspect esthétique donne au cheval de cauchemar une place honorifique dans la classe des cartes les plus aimées et les plus jouées.

Son apparence suffit à vouloir le jouer.

Pour en revenir au côté FUN, le cheval de cauchemar a une carrure sympa qui le rend admirable et tentateur sur la question « le jouer ou non ? ».

Pour ma part, je l’apprécie car il a traversé 9 éditions de base et il est toujours revenu.

De plus, il reflète tout à fait ma manière de voir la couleur noire dans l’histoire de magic, je l’aime aussi car il a inspiré le fouet de cauchemar en Mirrodin, cette carte donne à une créature de notre choix le même pouvoir que le cheval de cauchemar.

Un sorte de message privé qui dirait, « je suis là », et puis de toute façon, cela ne s’explique pas, on aime cette carte au moment où on la voit. Il est vrai cependant qu’il n’y a pas eu de cartes FUN ou de jeu FUN en dehors de Magic qui lui attribuerait un rôle précis comme cela a été le cas d’Arcanis l’omnipotent mais il reste dans les favoris de l’édition de base et je peux même affirmer sans me tromper que je le choisirai comme créature ultime d’un deck quelque soit le mal que l’on dise de lui ou quelque soit son apparence.

 

Ensuite, il serait amusant que comme les chevalier, il soit accompagné d’un chevaucheur gigantesque avec cette même traînée sombre et qui serait équipée d’une épée monstrueuse, un peux comme dans DEVIL MAY CRY (jeu vidéo sur PS2).

Un cheval est d’autant plus arboré et respecté lorsqu ‘il est dominé par un cavalier, cependant, ceux qui le regardent pourront s’imaginer eux  en train de le chevaucher.

Comme je l’ai dis dans la partie précédente, il galope ou nous fait face car il cherche un contrôleur digne de ce nom.

Chers lecteurs ne le décevons pas, mettez tout ce que vous savez sur son compte de côté et jouons-le en mémoire à sa ténacité légendaire qu’il a eu en restant toujours d’actualité pendant ces 14 dernières années !

 

Je remercie les modérateurs pour leurs conseils judicieux qui m’ont permis de développer plus mon analyse par rapport à la dernière.

Je souhaite une bonne continuation à tout ceux qui ont lu cette longue explication.

 

V .BIBLIOGRAPHIE :

 

_www.GOOGLE.fr : illustration des dessins se rapprochant du cheval de cauchemar et infos

sur ses dessinateurs.

 

_Magic corporation.com : illustrations des cartes choisi pour cette analyse (merci au site !).

 

_Conseils des modérateurs.

 

_Différents decks où le cheval est joué (rubrique decks : tioned1990)

 

_-[un magazine] (liste et cotes de cartes).

 

-Pensées personnelles sur comment jouer cette carte et sur ses côtés FUNs.

 

                               SALUT!!!!!!!!!!!

 

 

 

 

 

 

Espace Membre

Identifiant

Mot de passe

Se souvenir de moi


Ajouter un commentaire

Vous n'êtes pas connecté ! connectez-vous ou inscrivez-vous pour poster un commentaire